Un site du réseau encyclopédique Savoir.fr
➔ ENVIRONNEMENT

Anthocérophytes

Vous êtes ici : » » Anthocérophytes ; écrit le: 12 décembre 2011 par La rédaction modifié le 18 novembre 2014

Description généraleAnthocérophytes

Les anthocérophytes, du nom du genre Anthoceros, forment un petit groupe dont la monophylie est bien soutenue. Ils ont été longtemps classés avec les marchantiophytes (noeud 0), vu leur ressemblance globale. Le gamétophyte a l’aspect d’un thalle lobé, avec des ramifications dichotomiques. Le sporophyte est très particulier, présentant une très forte polarité de développement: la partie basale est toujours à un stade juvénile, alors que la partie apicale a terminé la différenciation des spores. Le fait que le sporophyte soit dressé est parfois considéré comme une acquisition évolutive indépendante (convergence avec les hémitrachéophytes).es anthocérophytes, du nom du genre Anthoceros, forment un petit groupe dont la monophylie est bien soutenue. Ils ont été longtemps classés avec les marchantiophytes (noeud 0), vu leur ressemblance globale. Le gamétophyte a l’aspect d’un thalle lobé, avec des ramifications dichotomiques. Le sporophyte est très particulier, présentant une très forte polarité de développement: la partie basale est toujours à un stade juvénile, alors que la partie apicale a terminé la différenciation des spores. Le fait que le sporophyte soit dressé est parfois considéré comme une acquisition évolutive indépendante (convergence avec les hémitrachéophytes).

Quelques caractères dérivés propres

B Caractère biochimique: les anthocérophytes présentent une incapacité à synthétiser les flavonoïdes.
■ Des cyanobactéries du genre Nostoc vivent en symbiontes dans des dépressions de la face ventrale du thalle.
i Développement des anthéridies : il se fait à partir d’une cellule sous épidermique et non d’une cellule superficielle comme chez les bryophytes et les marchantiophytes. La fig montre trois stades de développement d’une anthéridie d’Anthoceros pulcherrimus. Sur la fig. la, on constate que l’origine est bien sous épidermique (épiderme: epd). L’anthéridie (aie) perce ensuite l’épiderme , pour apparaître à l’intérieur d’une chambre ouverte sur l’extérieur (fig. le, à un plus petit grossissement).



Archégones: ils sont inclus dans le thalle, jamais à la surface.
Deux stades de développement d’un archégone d’ Anthoceros fusiformis montrent l’inclusion de ce dernier dans le tissu du gamétophyte. La cellule basale est l’oosphère (005).
Zygote: la première division du zygote est typiquement verticale, alors qu’elle est transverse chez les autres embryophytes.un jeune embryon d’Anthoceros fusiformis subit une première division longitudinale, une seconde transverse.

U Sporange: des pseudoélatères se différencient dans le sporange. Leur homologie avec les élatères de marchantiophytes est discutée.

ÉcologieAnthocérophytes

Les anthocérophytes poussent à même la terre. Certaines espèces tropicales sont des épiphytes sur les feuilles, les rameaux ou les troncs des arbres.

Exemples

Anthoceros  fusiformis; Dendroceros endivaefolius ; Notothylas flabellatus.

  • Nombre d’especes:300.
  • Plus anciens fossiles connus:des spores d’anthocérophytes sont connues depuis le Silurien supérieur (- 415 M.A.).
  • Le plus ancien macrofossile d’anthocérophyte est Notothylacites, du Crétacé inférieur (- 120 M.A.),régions tempérées et tropicales.

← Article précédent: Article suivant:

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles