Pauvreté énergétique et développement économique

> > Pauvreté énergétique et développement économique ; écrit le: 13 février 2012 par mariouma modifié le 17 novembre 2014

Pauvreté énergétique et développement économique

La situation énergétique de certains pays reflète leur faible niveau 3 développement économique et social. Elle est caractérisée par une cible consommation d’énergie par tête tandis que de nombreux habitant n’ont pas accès, ou un accès limité aux sources d’énergie modérés (produits pétroliers et électricité). Ainsi, la pauvreté énergétique elle  est généralement associée à la pauvreté économique et sociale. Environ deux milliards d’individus dans le monde (dont environ ,6 milliard dans les pays en développement) n’ont pas accès à des servies énergétiques fiables et abordables. En outre, un grand nombre d’entre eux n’ont pas accès à l’eau potable. Cela signifie qu’ils sont exclus du développement économique et passent beaucoup de temps chaque jour à chercher de l’eau et des ressources énergétiques locales comme le bois, celui accélère la déforestation. L’accès à l’énergie et à l’eau est une composante importante des Objectifs du Millénaire pour le Développement.
L’analyse de la structure de la consommation mondiale d’énergie lit apparaître des différences considérables, reflétant essentiellement 3s inégalités de développement. La consommation d’énergie par habitant est de 0,5 tonne d’équivalent pétrole (tep) en Afrique sub- aharienne, 1 tep en Chine, 4 en Europe et 8 aux Etats-Unis. La consommation par habitant d’énergie commerciale aux États-Unis est 0 fois plus élevée qu’en Afrique, 40 fois plus élevée qu’en Asie du sud, 15 fois plus élevée qu’en Asie de l’Est, et 8 fois plus élevée qu’en Amérique latine. On peut dire que certaines parties du monde sont sur  énergétismes » alors que d’autres sont « sous-énergétisées ».

La pauvreté énergétique peut être définie comme « l’absence de choix suffisants permettant un accès à des services énergétiques adé- juats, abordables, fiables, efficaces et durables en termes environnementaux en vue de soutenir le développement économique et  main » (Reddy, 2000).

À partir de cette définition, on peut conclure que la pauvreté énergétique est un obstacle au développement économique. Il faut noter cependant que la relation inverse est également valable.
L’objectif de ce chapitre est d’expliciter le lien entre la pauvreté énergétique et la pauvreté économique, de mettre en évidence la vulnérabilité des pays pauvres au réchauffement climatique et de voir dans quelle mesure, l’accès à l’énergie moderne peut être un facteur de développement économique.

Pauvreté économique et pauvreté énergétique

Pour mesurer la pauvreté dans le monde, la Banque Mondiale utilise depuis 2005 des revenus exprimés en dollars qui tiennent compte des parités de pouvoir d’achat (PPA) (Banque mondiale, 2010). Le monde est ainsi divisé en quatre catégories :
• Les pays à revenus élevés : le produit intérieur brut (PIB) en pari:e du pouvoir d’achat (PPA) est au-dessus de 12 196 dollars par an et   habitant. Cette catégorie concerne 69 pays et 1,12 milliard de personnes.
• Les pays à revenu moyen élevé : le PIB est entre 3 946 dollars et 12 195 dollars. Cette catégorie concerne 48 pays, 1 milliard de personnes.
• Les pays à revenu moyen bas : entre 996 dollars et 3 945 dollars. Concerne 56 pays, 3,8 milliards de personnes.
Les pays à faible revenu : moins de 996 dollars. Cette catégorie concerne 40 pays et 846 millions de personnes.
Le revenu monétaire n’est pas en soi un indicateur parfait pour mesurer la richesse et la pauvreté. D’autres facteurs doivent être pris en compte. Le Programme des Nations Unis (PNUD) a donc élaboré un indicateur pour mesurer le niveau de développement humain. Ce: indicateur, l’indicateur de développement humain (IDH), est un indicateur composite de développement qui prend en compte les facteur? les plus fondamentaux : l’espérance de vie, l’éducation, le niveau de vie, etc.

Dans ce chapitre, nous nous intéresserons à certains pays des deux dernières catégories (les pays à revenu moyen bas et ceux à revenu faible). Il faut noter cependant que ces catégories sont très hétérogènes en termes de consommation d’énergie et de dotation nationale en ressources énergétiques. Plusieurs groupes peuvent être identifiés :
• Les pays les plus pauvres du monde, avec un revenu par habitant de moins de deux dollars par jour, qui n’ont ni ressources pétrolières ni gaz, et un accès limité aux énergies domestiques. Ces pays son: directement concernés par les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) qui visent à réduire de moitié la proportion de personnes dont le revenu est inférieur à 1 dollar par jour. L’accès à l’énergie moderne, à l’eau et le développement économique sont essentiels pour atteindre ces objectifs. Tous les 40 pays qui sont dans la catégorie à revenu faible, 32 sont situés en Afrique sub-saharienne et en Asie du Sud.
• Cette catégorie comprend aussi des pays riches en énergie. Quatre pays parmi les 11 pays de l’OPEP y figurent : l’Angola, l’Équateur, l’Iraq et le Nigéria. D’autres pays riches en pétrole mais ne faisant pas partie de l’OPEP sont également concernés : la Bolivie, la République démocratique du Congo et l’Indonésie. Ces pays sont pauvres parce qu’ils souffrent tous de la « malédiction pétrolière », un sujet analysé dans le chapitre 5.
Cette description rapide montre que, pour certains pays, les difficultés d’accès à l’énergie sont un obstacle au développement économique alors que pour d’autres, l’abondance de ressources en hydrocarbures est loin d’être un atout pour leur développement économique. Bien au contraire, cela est un facteur aggravant de la pauvreté et des inégalités de revenus à travers le mécanisme de la malédiction pétrolière.

Vidéo: Pauvreté énergétique et développement économique

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur: Pauvreté énergétique et développement économique

← Article précédent: Les États indépendants de la région Caspienne Article suivant: Démographie, urbanisation et structure de la consommation des pays pauvres


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles de tout le site