Un site du réseau encyclopédique Savoir.fr
➔ ENVIRONNEMENT

Les États indépendants de la région Caspienne

Vous êtes ici : » » Les États indépendants de la région Caspienne ; écrit le: 13 février 2012 par mariouma modifié le 17 novembre 2014

Les États indépendants de la région CaspienneLes États indépendants de la région Caspienne

Le Kazakhstan, le Turkménistan et l’Azerbaïdjan sont les nouveaux États indépendants turcophones de la région de la Caspienne.Il  détiennent ensemble environ 6 % des réserves prouvées de gaz naturel et 4 % des réserves de pétrole (soit moins que l’Iran voisin). Richter en pétrole et en gaz, ceux-ci émergent de l’obscurité et se retrouvera au centre de nouvelles rivalités géopolitiques. Malgré leurs systèmes politiques similaires (tous trois sont gouvernés par des dirigeant* autocratiques), ces États sont pourtant très différents en terme de taille, population et économie . Parmi ces trois pays j-e Turkménistan est le pays le plus gros exportateur de gaz naturel. Si. production augmente rapidement mais n’a pas encore atteint le pic réalisé à l’époque soviétique. L’Azerbaïdjan est l’une des région  pétrolières les plus anciennes, avec l’exploitation des champs  Bakou dès la fin du XIXe siècle.

Après une période de long déclin,cette  région est de retour sur la scène énergétique internationale grâce à ces gisements pétroliers offshore, exploités par des consortiums anglo-américains. Le Kazakhstan est celui qui détient les réserves prouvée» les plus importantes de la région. Sa production de gaz a triplé depuis  1991 et sa production de pétrole pourrait doubler au cours des  prochaines années. Cependant, le pétrole kazakh n’est pas facile & extraire. Prenons l’exemple du gisement de Kashagan, un charrias géant offshore découvert en 2000 : son développement est si complice» sur le plan technologique et géologique que le coût de production t.   bal est actuellement estimé à 136 milliards de dollars, faisant de  projet pétrolier l’un des plus chers au monde.



De plus, le brut extra! de Kashagan présente une teneur élevée en sulfure d’hydrogène «t contient un taux élevé de polluants toxiques. Son développement pourrait ainsi avoir un impact extrêmement négatif sur l’environnement de la région Caspienne.
Enclavés au cœur de l’Eurasie, ces nouveaux États sont confrontes à une même problématique : comment et dans quelle direction exporter leur production de pétrole et de gaz avec un maximum de profits f Les États-Unis, la Chine et la Russie semblent partager ces inquiétantes » et courtisent activement ces Républiques. Le gouvernement américain  soutient notamment les projets de pipelines qui contourneraient   Russie et l’Iran. Il a soutenu la construction du Bakou-Tbilissi-Ceyaa» (BTC) qui transporte du brut de la région Caspienne vers le port méditerranéen de Ceylan, en Turquie. La décision du gouvernement  kazakh de se joindre au  BTC a été bien accueillie par les États-UnàM Les États-Unis tentent également de développer des partenariats stratégiques avec le Kazakhstan où des compagnies américaines par  MM prend à plusieurs méga-projets. De son côté, la Chine cherche

activement à s’assurer un accès direct aux ressources de la région. En 2005  l’oléoduc Kazakhstan-Chine est devenu opérationnel. En 2009 m    magnifie chinoise CNPC a inauguré le premier tronçon d’un gazo-abnc qui approvisionnera la Chine en gaz turkmène. Absente au cours les années 1990, la Russie est également de retour dans la région : sa stratégie vise à consolider et sécuriser sa position de pays de transit pour les exportations de pétrole et de gaz de ces Républiques. Récemment. la Russie semble gagner du terrain et a conclu plusieurs accords de coopération gazière de long terme avec le Kazakhstan, le Turkménistan et l’Ouzbékistan. Gazprom compte notamment sur les importations de gaz d’Asie centrale alors que sa propre production est en laïcise. Les champs gaziers turkmènes sont relativement aisés à exploiter. mais le transport des hydrocarbures demeure coûteux et ses infrastructures obsolètes ont besoin d’être modernisées. De plus, les gouvernements d’Asie centrale augmentent les prix de vente du gaz, ce qui pourrait avoir un impact sur les projets futurs. Étant donné l’ultime pragmatisme des leaders de ces États, les alliances futures entre les producteurs de la Caspienne et les grandes nations consommatrices restent difficiles à présager.

Vidéo: Les États indépendants de la région Caspienne

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur: Les États indépendants de la région Caspienne

← Article précédent: Article suivant:

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles