Un site du réseau encyclopédique Savoir.fr
➔ ENVIRONNEMENT

Cigales, cicadettes et cicadidés

Vous êtes ici : » » Cigales, cicadettes et cicadidés ; écrit le: 29 mars 2012 par chayma modifié le 14 novembre 2014

Cigales, cicadettes et cicadidés

Si chacun connaît les cigales des garrigues méditerranéennes, la plupart des espèces sont, en fait, difficiles à observer. La durée de vie des adultes ne dépasse guère quelques semaines, tandis que les larves, souterraines, peuvent vivre très longtemps – jusqu’à une vingtaine d’années chez Magicicada septemdecim d’Amérique.



Tenue de camouflage

Les cigales se distinguent des autres groupes d’homoptères par leur corps massif pourvu d’un mésonotum très développé, un ovipositeur très pointu, et l’absence de pattes sauteuses. Elles présentent une grande variété de tailles et de couleurs ; sous les tropiques, les espèces bigarrées des genres Gaeana, Tosena et Salvazana peuvent tout à fait rivaliser avec les plus jolis papillons. La plus grande espèce connue, Pomponia imperatoria, de Malaisie, atteint 10 centimètres de long, tandis que la plus petite ne dépasse pas le centimètre.

Les deux sexes sont le plus souvent semblables, mais on connaît quelques espèces où mâles et femelles peuvent être de couleurs différentes : les premiers sont verts et les secondes brunes chez Musoda flavida. Chez d’autres espèces, qui ont la particularité de vivre sur les plantes basses, les femelles ont des ailes réduites. Certaines cigales ont des ailes transparentes, d’autres portent, au contraire, une ornementation alaire évoquant le lichen ou les écorces – voire une feuille -, et se confondent ainsi avec leur environnement. Ce camouflage est si efficace que seul leur chant permet de les repérer.

Les cigales : des virtuoses de la cymbale

Les mâles des cigales émettent des sons puissants grâce à deux plaques de cuticule assez rigides mais déformables – les cymbales -, situées à la base et de chaque côté de l’abdomen. Chaque cymbale est reliée en dedans à un
muscle puissant par une plaque d’insertion et un tendon. En contractant ce muscle, la cigale déprime la cymbale, qui se relâche en faisant claquer la membrane. Chaque espèce produit des sons différents selon la fréquence des contractions (de 300 à 900 par seconde).

Les deux sexes sont pourvus d’un appareil auditif sur les côtés du deuxième segment abdominal. Une femelle sexuellement mature située dans la sphère acoustique d’un mâle sera irrésistiblement attirée par les appels sonores et incessants de ce dernier.

Un bain d’urine

La femelle pond dans les tiges grâce à sa tarière pointue. Sitôt leur naissance, les larves forent des galeries dans le sol à l’aide de leurs pattes antérieures fouisseuses, les pattes intermédiaires servant de «béquilles» pour se mouvoir plus facilement dans les conduits.

Elles se nourrissent de la sève des racines, utilisant leur abondante urine pour amollir le fond de leurs galeries et en maçonner les parois. Au cours des cinq stades larvaires, l’insecte acquiert peu à peu l’aspect adulte, mais il reste aveugle. La mue imaginale a lieu à l’air libre, sur un arbre par exemple; la cigale nouveau-née est très vulnérable durant les quelque trois heures nécessaires au durcissement de sa cuticule.

Vidéo : Cigales, cicadettes et cicadidés

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur : Cigales, cicadettes et cicadidés

← Article précédent: Article suivant:

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles