Grenouille néotropicales

> > Grenouille néotropicales ; écrit le: 10 avril 2012 par chayma modifié le 14 novembre 2014

Les dendrobatidés sont de minuscules grenouilles de 2 à 5 centimètres de long, qui habitent les zones forestières de l’Amérique tropicale. On en connaît environ 120 espèces, généralement réparties en 3 genres. Actifs surtout sur le sol, les dendrobates ont un corps élancé; leurs doigts comme leurs orteils sont couverts d’écailles cornées et garnis à leur extrémité d’une paire de petits disques adhésifs. La peau est lisse, brillante; de nombreuses espèces montrent une livrée éclatante, composée d’un ensemble souvent complexe de bandes, de taches, de pointillés aux teintes vives : toutes les couleurs – bleu, vert, rouge, orangé, doré, rose, marron, noir – sont représentées, et peuvent varier chez une même espèce.

Des parents attentionnés

Le comportement social des dendrobatidés, spécialisé et complexe, en fait sur ce plan les plus évolués des anoures. Mâles et femelles défendent plus ou moins vivement leur territoire en poussant des cris et en prenant des postures d’intimidation, avant de poursuivre et d’affronter directement leur adversaire. Les œufs, riches en vitellus, sont pondus à terre et surveillés par le mâle, qui entretient une humidité suffisante en les humectant régulièrement, après s’être lui-même trempé dans l’eau. Les dendrobatidés continuent les soins parentaux après la naissance, transportant les têtards nouveau-nés jusqu’à un point d’eau permanent, parfois une simple réserve d’eau de pluie à l’aisselle d’une plante : les têtards sont placés un par un dans chacun de ces aquariums miniatures, et la femelle revient périodiquement y déposer plusieurs ovules, qui serviront de nourriture à ses petits.

La grenouille paradoxale

La petite famille des pseudidés regroupe 4 espèces très aquatiques d’Amérique méridionale. Leur aspect rappelle celui d’une grenouille commune du genre Rana : corps robuste, hydrodynamique, membres postérieurs puissants, peau glissante. Diverses particularités anatomiques les en distinguent : la forme des vertèbres; les doigts et les orteils, allongés, qui possèdent une phalange supplémentaire, et dont le pouce est opposable. Ces grenouilles se nourrissent de divers invertébrés, qu’elles découvrent en fouillant la vase avec leurs pattes.

La reproduction est aquatique, et les œufs déposés dans une masse d’écume flottant à la surface de l’eau. C’est au cours de leur phase larvaire que ces batraciens sont le plus remarquables : les adultes mesurent de 5 à 8 centimètres selon les espèces, mais les têtards peuvent dépasser 25 centimètres de long; même sans compter la queue, leur corps est bien plus volumineux que celui de leurs parents.

Les premières descriptions associaient les têtards de pseudidés aux poissons. La singulière réduction qui accompagne leur métamorphose explique le nom donné à l’espèce la mieux connue, Pseudis para- doxa, ou grenouille paradoxale : on a cru un moment que la grenouille, en grandissant, perdait peu à peu ses pattes et devenait un poisson, suivant en quelque sorte une évolution «paradoxale » opposée à celle des autres amphibiens.

Vidéo : Grenouille néotropicales

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur : Grenouille néotropicales

← Article précédent: Goélands Article suivant: Hommes et femmes, corps et âmes


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles de tout le site