➔ ENVIRONNEMENT

Plasmodesmophytes

> > Plasmodesmophytes ; écrit le: 10 décembre 2011 par La rédaction modifié le 18 novembre 2014


Quelques représentants

Quelques caractères dérivés propres

Lors de la formation du phragmoplaste, des communications entre les deux cellules filles, appelées plasmodesmes, sont ménagées. La fig. 1 présente quatre étapes de la mitose chez Coieochaete. La membrane nucléaire disparaît à la fin de la prophase (fig. la: prophase précoce; lb: métaphase; cet: centriole; mbn: membrane nucléaire); le fuseau (fu) persiste à l’anaphase (fig. le); de nouveaux microtubules organisent le phragmoplaste (mtph : microtubules du phragmoplaste) ; des plasmodesmes (pld) permettent une communication rapide entre cellules (fig. ld: début d’interphase).
■ La croissance, de manière apicale, autorise des bifurcations.

■ L’oosphère est retenue sur l’organisme.
■ Le zygote grossit après fécondation, ce qui est réalisé par des transferts d’assimilats, principalement des lipides et des glucides.

■ L’ARN de transfert de l’isoleucine (tRNA Ile) possède un intron de groupe II, alors qu’il n’est pas interrompu chez les autres chlorobiontes.

Exemples

■ CHAETOSPHAERIDIOPHYTES : Chaetosphaeridium minus, mCHAROPHYTES: Chara vulgaris; Nitella gracilis, mPARENCHYMOPHYTES : Coieochaete scutata; polytric: Polytrichum piliferum ; fougère aigle : Pteridium aquilinum ; maïs: Zea mays; pommier sauvage: Malus sylvestris.


  •  Nombre d’espèces:270 002.
  • des spores d’embryophytes en tétrades (c’est-à-dire assemblées par quatre après la méiose) sont connues dans l’Ordovicien moyen (- 460 M.A.),mondiale.

← Article précédent: Phragmoplastophytes Article suivant: Chetosphateridiophytes


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles