Blaireaux

> > Blaireaux ; écrit le: 13 novembre 2012 par chayma modifié le 13 novembre 2014

Les blaireaux , que la langue populaire d’autrefois appelait «tessons» ou «taisons», du latin tardif taxo (blaireau), sont des animaux trapus, au dos large, à la queue brève et aux membres courts mais puissants, terminés par cinq griffes particulièrement développées aux pattes de devant. Leur corps est long (60 à 80 cm) et leur queue atteint 15 à 20 centimètres, pour un poids qui varie entre 10 et 20 kilos.

Ces caractéristiques n’en font pas d’excellents chasseurs, mais plutôt des fouisseurs. De telles, mœurs s’accordent bien avec un régime alimentaire omnivore, composé de chair animale et de plantes. Un régime dont témoigne leur denture robuste, aux molaires à couronne basse, élargies et broyeuses, bien différentes de celles des carnassiers de leur famille. Aux petits mammifères qu’ils capturent, généralement sous terre, jeunes lapins pris à la rabouillère, taupes, hérissons, campagnols et autres rongeurs, ils ajoutent une grande quantité d’insectes, de larves, de vers de terre, de racines, et divers végétaux. Leurs griffes puissantes leur per- mettent de retourner le sol, d’ouvrir des ruches pour s’y procurer du miel, et même de saccager des vignobles pour s’emparer des grappes de raisin dont ils sont friands.

Monogames et d’humeur paisible

La fourrure grisâtre et tiquetée des blaireaux, leur ventre plus foncé et leurs pattes noires les dissimuleraient bien dans la nuit s’ils n’avaient les joues blanches, une large rayure médiane sur la tête, du museau jusqu’au cou, et des oreilles ourlées de blanc.Peu importe d’ailleurs, car ils ont peu d’ennemis et savent se défendre. Il est possible que, à l’image d’autres mammifères, ris utilisent les tacKes blanches de leur pelage pour prévenir leurs congénères, quand ils se trouvent en compétition pour un oiseau mort ou quelque autre charogne.

Pourvus de tout petits yeux, les blaireaux, sont nocturnes. Pendant le jour, ils s’abritent dans des terriers installés dans des habitats variés : forêts claires, taillis, broussailles, carrières,en plaine ou en altitude. Ils s’y regroupent souvent à deux ou trois familles. De tempérament débonnaire, ils entretiennent de bonnes relations avec les hôtes des terriers avoisinants. Fait assez rare chez les mammifères, les blaireaux sont monogames : les couples, qui se forment à l’âge de un an, restent unis toute leur vie.

Une couche de graisse sous-cutanée, qui se forme à l’automne, protège les blaireaux des rigueurs de l’hiver. Ils vivent alors au ralenti, sortent peu et peuvent rester plusieurs semaines sans manger. Toutefois, on ne peut parler d’hibernation, car ils ne tombent pas dans un sommeil profond et la température de leur corps ne s’abaisse pas au niveau de celle du milieu extérieur.

Vidéo : Blaireaux

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur : Blaireaux

← Article précédent: Caractérisation des écoulements liquides Article suivant: Biogéographie


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles de tout le site