Bombyx, isabelle et lasiocampidés

> > Bombyx, isabelle et lasiocampidés ; écrit le: 23 octobre 2012 par chayma modifié le 13 novembre 2014

Les bombycoïdes et les lasiocampoïdes regroupent neuf familles de lépidoptères dépourvus d’organes tympanaux et de palpes maxillaires, dont la trompe, quand elle existe, est rudimentaire et rarement fonctionnelle. Les antennes sont longuement pectinées et garnies de sensilles chez le mâle. Le frein des ailes est réduit

ou absent, mais la dilatation de la nervure hüinérale est parfois très importante. Les chenilles sont adipeuses et souvent velues ou munies de tubercules. Elles sont parfois urticantes et doivent être maniées avec précaution.

La famille des endromidés n’est représentée que par une unique espèce printa­nière des forêts de bouleaux paléarc- tiques. Les lasiocampidés regroupent environ 1 200 espèces, dont seulement quelques dizaines atteignent l’Europe. Il n’est pas rare que leurs chenilles velues soient urticantes. Chez un certain nombre d’espèces, le mâle vole l’après-midi à la recherche des femelles tapies dans les fourrés. Une seule d’entre elles, vierge, peut attirer une centaine de mâles grâce aux phéromones, substances chimiques sexuelles qu’elle sécrète.

Les lémoniidés, qui ne comptent qu’une quinzaine d’espèces, ont deux représen­tants en France. Lemonia durai apparaît à la fin de l’automne. Son vol vif et en zig­zag le rend difficile à repérer.

Les saturniidés, exotiques ou familiers

La famille des saturniidés regroupe des papillons de grande taille dont certains comptent parmi les plus gros connus, tels les Attacus asiatiques et les Archaeoatta- cus de Nouvelle-Guinée et d’Australie, qui peuvent atteindre 300 millimètres d’envergure. Ces splendides insectes présentent des ocelles à fenêtres transparentes. Leurs chenilles portent le plus souvent des épines, parfois extraordinairement développées. Cette famille n’est représentée en Europe que par six es­pèces autochtones.

Le grand paon de nuit (Saturnia pyri) est le plus grand de nos papillons noc­turnes (150 millimètres d’envergure), au point qu’il est souvent confondu avec une chauve-souris. Sa chenille verte, qui porte des verrues turquoise, s’attaque à de nombreux feuillus. Le petit paon de nuit (Pavonia pavonia) lui est semblable en plus petit ; le mâle présente des ailes postérieures envahies d’orangé. Les femelles peuvent attirer des mâles éloignés de plus de 2 kilomètres.

La hachette (Aglia tau), dont la forme et la couleur évoquent une feuille morte, vole au printemps dans les bois de feuillus, les mâles recherchant les femelles cachées dans les feuilles mortes.

L’isabelle (Graellsia isabellae), proche parente des saturniidés tropicaux, est l’un dey papillons européens qui ont le plus fasciné les lépidoptéristes. Ce splendide lépidoptère, découvert en Espagne en 1849, ne l’a été en France qu’en 1922. Longtemps considéré comme une espèce mythique localisée aux forêts de pins des Hautes-Alpes, il s’est révélé par la suite qu’il était répandu de l’Ain aux Pyrénées-Orientales. La découverte de cette espèce en France a été l’objet d’une longue polémique sur l’authenticité de son habitat naturel. Ce papillon est désormais protégé par la loi, mais il est moins rare qu’on ne l’imaginait : en Espagne, il pullule dans certaines plantations de pins.]

Vidéo : Bombyx, isabelle et lasiocampidés

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur : Bombyx, isabelle et lasiocampidés

← Article précédent: Joseph John Thomson et la saga de l’électron Article suivant: Rayons X et fluorescence


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles de tout le site