➔ ENVIRONNEMENT

Charophytes

> > Charophytes ; écrit le: 10 décembre 2011 par La rédaction modifié le 18 novembre 2014


Description générale

Tous les membres du groupe des charophytes présentent la même forme générale, avec une structure modulaire en nœuds et entrenoeuds. Des verticilles d’expansions latérales

(appelées malencontreusement«feuilles») donnent une allure de prêle,. La taille générale varie de 20 cm à plus d’un mètre chez Nitellacernua, une algue d’Amérique du Sud. Les cellules des entrenoeuds peuvent être très grandes (jusqu’à25 cm), avec des parois parfois fortement calcifiées.

Quelques caractères dérivés propres

■ Cellule: chaque cellule adulte possède en son centre une gigantesque vacuole. Le cytoplasme présente d’incessants courants longitudinaux dus à l’interaction des molécules d’actine et de myosine.
■ Chloroplastes : des chloroplastes discoïdes sont localisés dans la couche périphérique du cytoplasme. Ils sont dépourvus de pyrénoïdes.forment suivant un processus complexe au niveau d’un nœud, à l’aisselle d’une expansion latérale (fïg. 2: exemple de Chara fragilis; ate: anthéridie; oo: oogone). Les spermatozoïdes ont une forme caractéristique en spirale et portent deux flagelles.
Dans les oogones, les oosphères sont entourées de cinq cellules disposées en spirale (spr), et surmontées de cinq autres petites cellules apicales (cea).

Écologie

La majorité des espèces vivent dans les eaux douces. Néanmoins, on connaît quelques espèces d’eau saumâtre ou salée comme Chara baltica. Elles sont présentes dans les eaux calmes avec un fond meuble où leurs rhizoïdes s’ancrent facilement. L’organisme est haploïde, c’est-à-dire que c’est un gamétophyte portant des anthéridies produisant des gamètes mâles biflagellés et des oogones contenant une grande oosphère. Après fécondation, le zygote s’entoure d’une paroi épaisse, entre en vie ralentie et tombe au fond de l’étang. Lors de sa germination, la première division est une méiose.


Exemples

Chara vulgaris ; Lamprothamnium populosum ; Nitella gracilis ; Nitellopsisobtusa; Tolypella glomerata.

  • Nombre d’espèce:81 suivant une récente révision du groupe (les anciens auteurs proposaient 400 espèces).
  • Plus anciens fossiles:les charophytes ont laissé beaucoup de fossiles, car, pour certaines, la paroi cellulaire est calcifiée. Le plus ancien, Praesycidium siluricum, a été trouvé dans le Silurien supérieur d’Ukraine (- 420 M.A.). Les deux groupes majeurs de charophytes sont séparés depuis le Trias.
  • Les fossiles Eochara et Paleonitella indiquent que les formes actuelles existent depuis le Dévonien,mondiale.

← Article précédent: Chetosphateridiophytes Article suivant: Parenchymophytes


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles