Un site du réseau encyclopédique Savoir.fr
➔ ENVIRONNEMENT

Cormorans et pelecaniformes

Vous êtes ici : » » Cormorans et pelecaniformes ; écrit le: 30 mars 2012 par chayma modifié le 14 novembre 2014

Cormorans et pelecaniformesL’ordre des pélécaniformes comprend six familles d’oiseaux marins, si l’on excepte les anhingas, qui fréquentent plutôt les estuaires et les eaux intérieures. Les frégates (frégatidés) et les phaétons (phaéthonidés) sont inféodés aux mers chaudes des zones tropicales et subtropi­cales, alors que les cormorans (phalacrocoracidés), les fous (sulidés) et les péli­cans (pélécanidés) ont une aire de répartition plus étendue vers le nord.

Tous ces oiseaux ont en commun une palmure qui réunit les quatre doigts, et non trois comme chez les autres palmipèdes. De plus, leurs jeunes naissent aveugles et nus (sauf ceux des phaétons), alors que, chez les autres oiseaux marins, les poussins ont les yeux ouverts et sont recouverts de duvet dès l’éclosion.



Un plumage perméable

Les cormorans rassemblent plus de la moitié des espèces de pélécaniformes, avec 29 espèces, toutes réunies dans un genre unique, ce qui souligne l’homogénéité de la famille des phalacrocoracidés. Ils ont une aire de distribution très vaste et peuplent des habitats variés (lacs, eaux côtières).

Comme les corbeaux, les cormorans (du latin corvus marinus : cor­beau de mer) ont en général un plumage noir. Des variations entre les espèces apparaissent dans la coloration, souvent très vive, des zones dénudées du corps : gorge, intérieur du bec, iris, pieds, qui peuvent être verts, rouges ou bleus.

Ces oiseaux ont un corps massif, au long cou sinueux terminé par une petite tête munie d’un long bec à l’extrémité crochue. La taille et le poids vont de 45 centimètres et 900 grammes chez le cormoran pygmée à 1 mètre et 4,9 kilos chez le grand cormoran. Les pattes, placées très à l’arrière du corps, et les pieds totalement palmés permettent aux cormorans de nager très rapidement sous l’eau pour atteindre les poissons et les crustacés qui constituent l’essentiel de leur alimentation. Des cormorans de Brandt ont été capturés dans des filets de pêche à plus de 50 mètres de profondeur!

Bien qu’ils possèdent une glande uropygienne dont la sécrétion huileuse sert à l’entretien du plumage, leurs plumes ne sont pas imperméables : d’une structure particulière, elles laissent pénétrer l’eau. Les cormorans, alourdis, plongent ainsi plus facilement. A terre, ils étendent leurs ailes pour les sécher, ou tout simplement

pour se réchauffer. Mais ce comportement, propre à la famille des phalacrocoraci­dés, a peut-être également une signification sociale.

Des producteurs d’engrais

Les cormorans pondent jusqu’à six œufs, ce qui est assez inhabituel pour des oiseaux marins. Blancs, ils sont couvés pendant 22 à 26 jours. Les jeunes sont autonomes au bout de dix à douze semaines. Certaines espèces, très abondantes, se reproduisent en colonies impressionnantes où s’accumulent leurs déjections, appelées guano. Au Chili, les colonies de cormorans de Bougainville et, en Afrique du Sud, celles de cormorans du Cap produisent du guano qui s’entasse sur plusieurs mètres d’épaisseur. Riche en nitrate et en phosphore, il fait l’objet d’une exploitation importante.

Dès le v siècle, les Japonais dressèrent les cormorans pour la pêche.- L’oiseau plongeait avec un anneau, placé autour du cou, qui l’empêchait d’avaler le poisson capturé. Une fois remonté à la surface et ramené sur le bateau à l’aide d’une perche, le cormoran restituait sa pêche. Lorsqu’il avait rapporté plusieurs poissons, il pouvait pêcher pour lui-même. Aujourd’hui, cette activité n’est guère plus pratiquée qu’à des fins touristiques.

Vidéo : Cormorans et pelecaniformes

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur : Cormorans et pelecaniformes

← Article précédent: Article suivant:

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles