Crapauds, grenouilles (anoures)

> > Crapauds, grenouilles (anoures) ; écrit le: 1 juillet 2012 par chayma modifié le 14 novembre 2014

L’anourie (absence de queue) est exceptionnelle chez les vertébrés ; elle s’accompagne chez les anoures de modifications considérables du squelette, qui ont permis d’identifier aisément les fossiles et de constater que l’origine du groupé est ancienne : les vestiges d’une «grenouille» ont été retrouvés dans des couches du trias, datées de plus de 200 millions d’années.

Un squelette très particulier

Comparés aux autres vertébrés ou même aux urodèles, les anoures sont dotés d’un squelette surprenant. Le nombre de vertèbres est très réduit, de nombreux os sont fusionnés : radius et cubitus, tibia et péroné, vertèbres caudales, qui forment une baguette osseuse, l’urostyle. Les os du bassin et des membres postérieurs sont remarquablement allongés : les pattes arrière sont utilisées à la fois pour le saut sur terre et pour la propulsion dans l’eau, les anoures nageant typiquement la brasse.

Une classification embarrassante

La classification de cet ordre d’amphibiens n’est pas aisée ; en effet, comme dans tout groupe spécialisé, les véritables affinités sont masquées par des convergences, la même particularité pouvant se manifester dans plusieurs lignées. Pendant longtemps, on s’est fondé sur l’anatomie du squelette, spécialement sur la conformation de la ceinture scapulaire et ses rapports avec le sternum, ainsi que sur la nature des articulations vertébrales. La denture peut aussi souligner certaines parentés et, plus récemment, on a utilisé l’anatomie des têtards, estimée plus conservatrice».

Dans chaque système proposé sont apparues des incohérences telles qu’il est en fait actuellement impossible de définir simplement la plupart des divisions, adoptées, et des désaccords subsistent même à propos de l’inclusion de certains groupes – tribus ou sous-familles par exemple – à l’intérieur dé tel ou tel ensemble plus vaste – famille ou superfamille par exemple. cousin.

Le système retenu ici n’a donc qu’une valeur indicative. Trois sous-ordres d’importance très inégale correspondent à des gradients évolutifs. Ainsi, les disco- glossoïdes (2 familles, voir Discoglosses) sont considérés comme les plus primitifs des anoures, les pipoïdes forment un groupe plus spé­cialisé, et les ranoidei (une quinzaine de familles, voir Crapauds, Grenouille verte, Grenouilles, Leptodactyles, Microhylidés, Rainettes) sont les batraciens considérés comme les plus évolués.

Vidéo : Crapauds, grenouilles (anoures)

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur : Crapauds, grenouilles (anoures)

← Article précédent: La lettre d’Einstein Article suivant: De la radioactivité artificielle à l’énergie de fission : Hiroshima et Nagasaki


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles de tout le site