Un site du réseau encyclopédique Savoir.fr
➔ ENVIRONNEMENT

Les Embryophytes

Vous êtes ici : » » Les Embryophytes ; écrit le: 10 décembre 2011 par La rédaction modifié le 18 novembre 2014

Description généraleLes Embryophytes

Le groupe des embryophytes rassemble les plantes terrestres. Elles ont été appelées auparavant archégoniates, nom qui rappelait leur principale synapomorphie, l’archégone, et également cormophytes, étant donné que le cormus est une tige formant axe et portant des feuilles. Ce groupe a eu une réussite évolutive extraordinaire en colonisant une grande partie des terres émergées

Quelles que caractères dérivés propres

■ Les organes sexuels femelles sont les archégones.
La fig. 1 présente un archégone de Marchantía polymorpha et un archégone d’Ophioglossum vulgatum ; on remarque le ventre (v) protégeant l’oosphère (oo),et le canal (caa)du col (co)par où nageront les spermatozoïdes; l’archégone est plus ou moins enfoncé dans le gamétophyte (gap).
■ Les organes sexuels mâles sont les anthéridies .La fig. 2 illustre une anthéridie de Marchantía polymorpha.Le quadrillage de l’anthéridie est le résulta des divisions de cellules-mères.



■ Le cycle présente une phase diploïde multicellulaire. Le sporophyte diploïde, résultat d’une fécondation, vit, au moins au début de son existence, au: dépens du gamétophyte haploïde, résultat du développement d’une spore.On remarque 1 sporophyte diploïde (spp)d’une fougère, avec s.Les Embryophytes

première racine (ri) et sa première feuille (fie)se développant aux dépens du gamétophyte haploïde (pth: prothalle), qui va dégénérer rapidement.
■ Sporanges: les spores sont contenues dans un sporange dont les parois (par) sont formées de cellules (fig. 4: exemple de Lycopodium selago presque à maturité; cem: cellules-mères des spores).
■ Les parois squelettiques des spores contiennent une molécule particulière, la sporopollenine.S L’épiderme est recouvert d’une cuticule.
■ Spermatozoïdes: ils présentent certains détails ultrastructuraux particuliers comme la présence d’un centrosome à double centriole.
Au début de la mitose, les microtubules corticaux se rassemblent en une structure particulière, la bande préprophasique. La fig. 5 présente quatre phases de la mitose (a. interphase;début de prophase ; c. début de télophase, G: Golgi; d. fin de télophase). En interphase, les microtubules (mit) sont à la surface de la cellule, sous la membrane cytoplasmique. En début de prophase, ils se rassemblent au milieu de la cellule en une bande préprophasique (bpp) qui entoure le noyau (N); elle disparaît ensuite, lors de la synthèse du fuseau (fu); en télophase, on remarque le phragmoplaste (phr) qui forme la nouvelle paroi squelettique (psq) et les plasmodesmes (pld).
Le gène tuf Aqui code un facteur chloroplastique d’élongation se trouve dans le génome nucléaire des embryophytes, alors qu’il est situé dans le génome chloroplastique chez les autres streptophytes.
. début de prophase ; c. début de télophase, G: Golgi; d. fin de télophase). En interphase, les microtubules (mit) sont à la surface de la cellule, sous la membrane cytoplasmique. En début de prophase, ils se rassemblent au milieu de la cellule en une bande préprophasique (bpp) qui entoure le noyau (N); elle disparaît ensuite, lors de la synthèse du fuseau (fu); en télophase, on remarque le phragmoplaste (phr) qui forme la nouvelle paroi squelettique (psq) et les plasmodesmes (pld).
Le gène tuf Aqui code un facteur chloroplastique d’élongation se trouve dans le génome nucléaire des embryophytes, alors qu’il est situé dans le génome chloroplastique chez les autres streptophytes.

ÉcologieLes Embryophytes

Les embryophytes ont colonisé tous les milieux terrestres viables. Quelques espèces (zostères, posidonies) ont acquis secondairement une vie complètement aquatique. Les spores formées à la méiose sont tout d’abord enfermées dans les sporanges du sporophyte diploïde. Après germination, chacune d’elles donne naissance à un organisme haploïde, le gamétophyte, qui produit les gamètes. La rencontre des gamètes donne un zygote à l’origine du sporophyte. Celui-ci commence son développement en étant nourri par le gamétophyte.

ExemplesLes Embryophytes

Polytric : Polytrichum piliferum; Marchantía polymorpha; isoète des étangs : Isoetes lacustrisprêle des champs : Equisetum arvense; fougère aigle : Pteridium aquilinum; pin parasol: Pinus pinea; cycas: Cycas revoluta; éphédra en forme de prêle: Ephedra equisetiformis; maïs: Zea mays; pommier sauvage : Malus sylvestris.

  • Nombre d’espéce:269902
  • Plus anciens fossiles:des spotes d’embryophytes en tétrades (c’est-à-dire assemblées par quatre après la méiose) sont connues dans l’Ordovicien moyen (- 460 M.A.). Le plus ancien macrofossile connu d’embryophyte est Cooksonia pertoni, de la fin du Silurien (- 410 M. A.) d’Écosse. On trouve des traces du genre dès le Silurien moyen (- 425 M.A.).
  • Répartition actuelles:mondiale.

← Article précédent: Article suivant:

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles