Gerbilles

> > Gerbilles ; écrit le: 10 avril 2012 par chayma modifié le 30 août 2018

Les gerbilles ayant une morphologie de base très uniforme, seul un œil averti saura reconnaître d’emblée les espèces. La tête des gerbilles n’est pas murine : le museau est obtus avec de grandes vibrisses blanches ; les oreilles, plus petites que celles d’un rat de même taille, sont couvertes d’une fourrure rase. Le corps ramassé, volontiers dressé sur les postérieurs, est jaune ou roux, avec le ventre blanc. Les pieds et les jambes sont beaucoup plus forts et plus longs que les mains et les bras, mais ces animaux ne sont pas -auteurs pour autant : ils n’ont rien à voir en parenté et en comportement avec les gerboises, qui partagent certains de leurs milieux. Les poids s’échelonnent de 5 à 150 grammes, environ.

Un groupe âgé de 15 millions d’années

A partir de rongeurs arboricoles de l’oligocène qui devaient vaguement ressembler à des écureuils ou à des loirs, l’ancêtre des myomorphes (les rongeurs modernes) ”est différencié en Asie il y a 20 millions j’années. Sa nombreuse postérité est constituée, entre autres, des muridés (rats et souris, omnivores), des arvicolidés campagnols et lemmings, herbivores) et des gerbillidés. Cette dernière famille a évolué en Afrique et en Asie en même temps que les milieux ouverts, en se diversifiant pour occuper tous les milieux, de la savane humide au désert.

En Asie, les gerbilles occupent déserts et steppes, de la Mongolie à la Turquie et de l’Inde à l’Arabie; en Afrique, beaucoup plus nombreuses, elles peuplent tout le continent, sauf les forêts. La sous-famille des gerbillinés fréquente partout steppes et déserts, et celle des tatérillinés les savanes, en Afrique seulement. Presque tous sont solitaires et territoriaux, chaque individu centrant son domaine sur les multiples terriers qu’il se creuse inlassablement; les territoires des mâles et des femelles se recouvrent partiellement. La taille des domaines varie de quelques centaines de mètres carrés, chez un Taterillus de Guinée, à plusieurs kilomètres carrés, chez un mérione du centre du Sahara.

Reproduction à géométrie variable

Les gerbillidés vaquent de nuit à leurs activités, sauf les mériones des déserts froids d’Asie, aux mœurs diurnes. Ils sont omnivores à dominante granivore-insectivore, et ne boivent jamais : il fabriquent l’eau dont ils ont besoin à partir de leur graisse, et trouvent le complément, si nécessaire, dans leurs aliments.

Les gerbilles adaptent leur fécondité aux rudes conditions de leur milieu. Le rapport de durée entre le jour et la nuit détermine les conditions favorables de la reproduction, en fonction des pluies prévisibles : l’abondance de celles-ci détermine le nombre de portées annuelles (3, 2, 1, ou aucune…), le nombre de petits par portée (de 1 à 5) et la possibilité pour les premiers-nés de l’année de se reproduire à leur tour. Les espèces désertiques peuvent pulluler si les pluies sont abondantes.

Vidéo : Gerbilles

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur : Gerbilles

← Article précédent: Genettes Article suivant: Girafe


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles de tout le site