Un site du réseau encyclopédique Savoir.fr
➔ ENVIRONNEMENT

L’enfance : Les fonctions motrices et psychomotrices

Vous êtes ici : » » L’enfance : Les fonctions motrices et psychomotrices ; écrit le: 13 juin 2013 par imen modifié le 12 novembre 2014

1Le tableau ne peut être que général. Il existe de nombreuses variations individuelles et il est risqué de vouloir découvrir la personnalité future d’un enfant à partir de son comportement durant les premières années. Il y a une période critique de la construction cérébrale. Les circuits existants ne persisteront que s’ils sont activés, sinon ils s’atrophient ; l’observation de plusieurs enfants sauvages le démontre. L’enfant naît avec un certain nombre de capacités qui disparaissent si elles ne sont pas utilisées. Il a de grandes facilités d’apprentissage à condition de l’aider à construire. C’est ainsi que les aires de l’écorce cérébrale correspondant à la parole, à la lecture et à l’écriture sont constituées avant de servir ; elles attendent l’apprentissage.
L’enfant de l’Homme est caractérisé par une certaine immaturité évidente si l’on compare son comportement avec celui des jeunes Mammifères (chat, chien…) ou des jeunes Primates qui, très vite, se mettent debout. Les circuits sont présents dans son cerveau mais la myélinisation n’est pas complète et un long apprentissage est nécessaire ; c’est ainsi par exemple que la période lactéale (dents de lait) du développement est de 3 ans chez le chimpanzé et 7 ans chez l’Homme .

Les fonctions motrices et psychomotrices

La sphère psychomotrice intègre des mouvements volontaires, la coordination motrice, l’adresse, l’équilibration.
A un an, l’enfant a une meilleure conscience et représentation de son corps et de l’espace. Il découvre qu’il est capable de se tenir debout et, avant 15 mois, prend plaisir à la marche indépendante. D’abord raide, titubante et saccadée, elle devient peu à peu plus ferme, le corps droit, la tête haute, et les bras plus souples disponibles pour d’autres fonctions. La course sautillante est émaillée de chutes fréquentes mais l’enfant se relève seul. Il se sert des chaises, des meubles en guise de relais. Il grimpe à quatre pattes l’escalier.
La deuxième année est celle des premières manifestations d’indépendance. L’enfant est tiraillé entre le désir de rester près de sa mère et sa volonté à faire des choses tout seul. Il se met en colère quand on s’oppose à ses désirs. Le schéma corporel intégré devient point de repère à l’égard des autres objets. L’enfant découvre des situations nouvelles : il attire à lui une couverture, un plateau, pour rapprocher un objet plus lointain qu’il désire. Il apprend à utiliser un bâton pour faire tomber un jouet. A 1 8 mois, il boit à la tasse, à 2 ans il essaie de s’habiller tout seul. Souvent les premières tentatives sont infructueuses, mais les moyens sont progressivement modifiés. Le contrôle sphinctérien apparaît entre 15 et 20 mois.2



Vidéo: L’enfance : Les fonctions motrices et psychomotrices

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur: L’enfance : Les fonctions motrices et psychomotrices

← Article précédent: Article suivant:

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles