Un site du réseau encyclopédique Savoir.fr
➔ ENVIRONNEMENT

Les structures sociales dans les sociétés animales: les rats-taupes

Vous êtes ici : » » Les structures sociales dans les sociétés animales: les rats-taupes ; écrit le: 17 novembre 2012 par Sameh modifié le 13 novembre 2014

Les rats-taupes (Heterocephalus glaber), qui vivent en Afrique du Sud, ont une organisation sociale tout à fait particulière et unique chez les mammifères.

Les structures sociales dans les sociétés animales: les rats-taupes



Un système de castes:

Curieusement, on trouve, en effet, chez eux, comme chez les insectes, des castes bien nettes d’individus reproducteurs et d’individus non reproducteurs.
Les ouvrières femelles sont stériles (J.V.M. Jarvis, 1981), mais peuvent devenir fertiles si la femelle reproductrice vient à disparaître. Elles se contentent d’aider les reproducteurs dans les soins aux jeunes et dans l’approvisionnement en nourriture.
Ces animaux vivent sous terre en grandes colonies. Chaque terrier comprend une femelle reproductrice accompagnée des trois castes :
1) les ouvriers actifs, les plus nombreux, qui vont chercher la nourriture, creusent et construisent le nid, très élaboré, comprenant de multiples tunnels ;
2) les ouvriers de plus grosse taille, qui travaillent deux fois moins eue les précédents;
3) les non-ouvriers, individus les plus volumineux de la colonie, qui participent aux soins des jeunes et forment le noyau de ceux qui se blottissent avec eux pour dormir.

Une seule femelle reproductrice:

Les femelles de ces trois castes ont des gonades inactives, tandis que les mâles non ouvriers demeurent fertiles et fécondent la femelle reproductrice. Comme chez les insectes, des phéromones empêcheraient la fertilité des autres femelles.
La femelle reproductrice est particulièrement agressive envers ses semblables d’autres colonies : en laboratoire, si l’on mélange deux colonies, l’une des deux reproductrices tue l’autre.
Cette femelle est extrêmement fertile puisqu’elle peut produire jusqu’à douze petits par portée, et cela quatre fois par an. Les autre membres de la colonie lui apportent toute leur aide au plan de la nourriture et de l’élevage des petits.
Par ailleurs, il semble exister chez les ouvriers une hiérarchie contrôlée par la femelle reproductrice.

← Article précédent: Article suivant:

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles