➔ ENVIRONNEMENT

Poissons-papillons

> > Poissons-papillons ; écrit le: 23 avril 2012 par chayma modifié le 14 novembre 2014


Poissons-papillons et poissons-anges se reconnaissent à leur corps haut et très comprimé, leur petite bouche terminale, leurs nageoires dorsale et anale recouvertes de petites écailles cténoïdes, et surtout à leurs robes multicolores.

Poissons-papillons et poissons-anges

Les poissons-papillons, dont on connaît plus de 120 espèces, vivent dans toutes les eaux tropicales et tempérées et surtout près des récifs, jusqu’à 20 mètres de profondeur. Quelques espèces descendent jusqu’à 200 mètres. Leur robe, où dominent le jaune, l’orange, le bleu et le noir, s’accompagne d’un luxe de rayures, stries, chevrons, taches et lisérés qui soulignent ou dissimulent œil, écailles et nageoires. Suivant les espèces, le museau est plus ou moins long et fin pour fouiller les minuscules interstices du corail à. la recherche de nourriture. A la grande variété d’espèces correspond une large diversité de régimes : certaines sont friandes des algues qui recouvrent les bases mortes des coraux, d’autres, carnivores, se nourrissent des polypes des coraux, qu’elles saisissent de leur bouche protractile armée de petites dents en brosse. Les poissons-papillons sont très actifs pendant le jour, par couples ou solitaires, et se reposent la nuit dans les coraux; leur état de torpeur s’accompagne alors souvent d’une coloration plus fade.

Les poissons-anges, limités aux eaux superficielles des récifs tropicaux, peuvent atteindre de plus grandes tailles (60 cm, contre 20 chez les précédents). On les reconnaît à leur longue épine préoperculaire, sans aucun doute une arme redoutable. La coloration du juvénile est souvent différente de celle de l’adulte, chez lequel dorsale et anale molles sont souvent effilées en croissant. Ils se nourrissent surtout d’éponges, mais aussi de polypes, de tuniciers et d’algues.


Demoiselles, poissons-clowns et castagnoles

Les petits poissons de la famille des pomacentridés ou demoiselles, dont on connaît près de 250 espèces, sont aussi très abondants au-dessus des récifs. Ils n’ont qu’une seule narine, au lieu de deux, de chaque côté du museau, et leur ligne latérale n’atteint pas la nageoire caudale. Grégaires, ils forment des groupes très lâches, rassemblant parfois des centaines d’individus qui, à la moindre alerte et avec un synchronisme parfait, se réfugient dans les anfractuosités du corail. Les poissons-clowns, dont la vingtaine d’espèces ne dépassent guère 7 centimètres, ont établi avec les grandes anémones des relations de commensalisme obligatoires pour le poisson. Ils pondent au voisinage immédiat de l’hôte, sur les coraux ; les jeunes mènent pendant quelques jours une vie pélagique qui assure à l’espèce une certaine dispersion, avant, de gagner le fond et de rechercher une anémone dans laquelle s’abriter.

Une seule espèce, la castagnole, vit sur les côtes méditerranéennes au-dessus des rochers ou des herbiers à posidonies. Les adultes, qui ne dépassent pas 12 centimètres, ont le corps et les na-geoires noirâtres et le centre de chaque écaille brun doré, alors que les alevins sont d’un bleu vif. Ce sont des poissons vifs et agressifs ; les mâles délimitent un territoire où sera déposée la ponte, qu’ils ventilent et surveillent jalousement jusqu’à l’éclosion.

Vidéo : Poissons-papillons

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur : Poissons-papillons


← Article précédent: Poissons osseux Article suivant: Poissons plats


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles