Qu’est-ce que l’eau supercritique

> > Qu’est-ce que l’eau supercritique ; écrit le: 7 mars 2012 par Hela modifié le 17 novembre 2014

L’eau supercritique 

Au-delà d’une température de 374 °C et d’une pression de 220 bars, valeurs qui définissent son point critique, l’eau combine les propriétés des gaz et des liquides1. Elle se comporte comme une espèce de vapeur très dense qui allie une compressibilité importante et une masse volumique élevée, une tension superficielle inexistante et une viscosité très faible. Les liaisons hydrogène subsistent mais ne forment plus un vaste réseau comme dans le liquide habituel.

L’eau  supercritique est un milieu très réactif, dans lequel les matières combustibles et l’oxygène entrent en contact intime. Elle dissout merveilleusement bien les  composés organiques (plastiques, caoutchouc, hydrocarbures divers) et l’oxygène (ce qui n’est pas le cas de l’eau dans les conditions habituelles), tandis que les composés inorganiques précipitent. Actuellement, la destruction des solvants organiques hautement toxiques comme les PCB (polychlorures de benzène), les effluents de papeterie, les boues d’épandage reste délicate, leur incinération produisant des fumées nocives. Des recherches sont en cours pour les détruire par l’eau supercritique en réalisant une conversion hydrothermale, c’est-à-dire une combustion à froid. L’oxydation complète des déchets ne produirait plus d’effluents toxiques mais uniquement de l’eau, du dioxyde de carbone et des  gaz Inertes.

L’eau supercritique casse facilement les liaisons des molécules organiques lourdes en produisant des molécules plus légères. Une firme japonaise étudie prototype utilisant l’eau supercritique à 460 °C et 250 bars pour fabriquer du gazole et de l’essence à partir d’asphalte, composé organique lourd. Les molécules plus légères ainsi obtenues se séparent de l’eau après retour aux conditions normales.

Vidéo : Qu’est-ce que l’eau supercritique

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur : Qu’est-ce que l’eau supercritique

← Article précédent: Contexte météo de 1830 et 1848 Article suivant: L’avortement de la crise de 1839-1840


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles de tout le site