Un site du réseau encyclopédique Savoir.fr
➔ ENVIRONNEMENT

Triptérygion à bec

Vous êtes ici : » » Triptérygion à bec ; écrit le: 26 mai 2012 par Hela modifié le 14 novembre 2014

Triptérygion à becTriptérygion à bec

Le Triptérygion à bec, de 7 cm de long, existe dans la Méditerranée et l’Adriatique. Le mâle, plus grand que la femelle, porte pendant la saison de reproduction une magnifique livrée rouge sur le corps hormis la tête, la gorge et les nageoires pelviennes qui sont noires. La femelle, au contraire, est d’un brun grisâtre, pâle et terne. Elle pond les œufs sur une paroi rocheuse verticale, et le mâle les garde dans un territoire qui mesure environ 2 m. En aquarium, cette espèce exige une eau bien filtrée et très oxygénée ainsi qu’une nourriture distribuée en petites quantités plusieurs fois par jour (petits Crustacés planctoniques d’eau douce tels les Cyclops et les Daphnies). Très sensible à la turbidité de l’eau, elle meurt sans cause apparente.

Au premier coup d’œil les triptérygions se distinguent des Blennies et des Cli­nes par la présence de trois nageoires dorsales séparées et par une petite bouche pointue. Leur corps est recouvert d’écailles cténoïdes et on les trouve dans les eaux littorales des régions tempérées, subtropicales et tropicales où ils peuvent être localement abondants ; c’est le cas de Tripterygium varium, près de la Nouvelle-Zélande. Comme T. nasus, il s’agit d’une espèce qui fraye à la fin juin et qui dépose ses œufs en une seule couche sur une pierre plate. Les adultes vivent en couple pendant un certain temps, mais le mâle est seul à surveiller les œufs. La plus grande espèce ne dépasse pas 10 cm de long. A l’échelle mondiale, on en connaît environ cent espèces réparties entre seize genres de la famille des Trip­térygiidés. Dans l’océan Atlantique vivent cinq espèces du genre Enneanectes, toutes présentes dans la région caraïbe où elles se tiennent dans la zone de balan­cement des marées, bien qu’elles puissent descendre à 25 m, voire plus bas. En été, elles séjournent sur les rochers recouverts d’algues, parfois à quelques dizaines de centimètres de profondeur au maximum. Elles ne cherchent pas de re­fuge, même quand elles fuient un danger, mais filent au contraire dans toutes les directions. Bien qu’elles ne présentent aucun intérêt pour les amateurs de pêche sportive et les marchands, ce sont de véritables joyaux des eaux peu profondes pour l’observateur patient et attentif.



Vidéo : Triptérygion à bec

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur : Triptérygion à bec

https://www.youtube.com/watch?v=s2WmIEIhmyI

← Article précédent: Article suivant:

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles