Un site du réseau encyclopédique Savoir.fr➔ ENVIRONNEMENT

champs électromagnétiques de basse et haute fréquence

Vous êtes ici : » » champs électromagnétiques de basse et haute fréquence ; écrit le: 26 janvier 2012 par Mahfoudhi modifié le 17 novembre 2014

champs électromagnétiques de basse et haute fréquenceLes ondes ou les rayonnements créés par l’énergie électrique sont accusés depuis longtemps d’effets néfastes sur la santé, et en particu­lier d’être responsables de cas de leucémies chez les enfants. Certes les cas avérés sont peu nombreux, mais la relation se précise peu à peu. Les principaux accusés sont les lignes électriques haute tension,

qui acheminent le courant électrique dit extrêmement basse fréquen­ce (50 Herz en France), et sont à l’origine de champs électriques et sur­tout de champs magnétiques dangereux. Les hautes fréquences, allant de millions à milliards de Herz (Mhz ou Ghz), sont, quant à elles, à l’origine de la création d’ondes électromagnétiques accusées elles aussi de nombreux maux.



Champs électriques de basse fréquence

Les lignes électriques sont à l’origine un champ électromagnétique que l’on détecte en particulier le long des lignes haute tension, servant à transporter l’énergie électrique des centrales jusqu’aux centres de transformation. De nombreuses études montrent une augmentation des cas de leucémies et de cancers chez les enfants vivant à proximité de ces lignes.

Le champ électromagnétique se mesure en tesla, et les valeurs maxi­males journalières d’exposition sont de 25 microteslas chez les pro­fessionnels et seulement de 1 microtesla pour la population générale. Or, les champs électriques atteignent 14 ou même 20 microteslas sous les lignes haute tension. En France, environ 360 000 personnes vivent à moins de 200 mètres d’une ligne haute tension, et pourraient être ainsi soumises à un « bain » continu de champ magnétique.

Selon le Centre International de recherche sur le Cancer (CIRC), les champs magnétiques extrêmement basses fréquences, comme c’est le cas du courant électrique, sont d’après les études épidémiologiques portant sur la leucémie chez l’enfant, classés comme « peut-être can­cérigène pour l’homme ».

Le classement des produits

La notion de « peut-être cancérigène pour l’homme » a été propo­sée par le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC). C’est la plus basse des trois classes de produits utilisées par le CIRC.

•        La première classe est constituée par les agents cancérogènes pour l’homme, dans laquelle on trouve par exemple l’amiante, l’ypérite (gaz moutarde), le tabac, les rayons gamma.

•        Ensuite, on trouve la classe des agents probablement cancérogène s, avec les gaz d’échappement des moteurs diesel, les lampes solaires, les rayons UV ou des produits chimiques comme le formaldéhyde.

•        Enfin, les agents peut-être cancérogène s pour l’homme incluent le ca­fé, les gaz d’échappement des moteurs à essence, le gaz de soudage et les champs électriques de basse fréquence.

Dans la première classe il existe des preuves scientifiques solides de cancérogénicité, dans le deuxième cas il existe des preuves chez l’animal, et dans le dernier cas l’hypothèse est plausible mais on ne peut pas exclure d’autres explications. Il est à remarquer que les réac­tions des gouvernements et des administrations sont très différentes selon la nature de ces agents cancérogènes : tous sont d’accord pour contrôler et limiter la pollution due aux gaz automobiles – il est vrai qu’elle a de nombreux effets nocifs en plus du potentiel effet cancéro- gène – mais personne n’a encore songé à limiter autoritairement la consommation de café…

Basse fréquence et leucémie

La toxicité des champs électriques de basse fréquence est étudiée depuis les années 1970, en raison de la crainte de l’apparition de leu­cémies chez l’enfant. Une étude du CIRC montre que, dans une popu­lation exposée à des champs magnétiques moyens dépassant 0,3 à 0,4 pT (micro tesla), deux fois plus d’enfants peuvent développer des leucémies par rapport à une population exposée à des champs plus faibles. Cette hypothèse est confirmée par une étude britannique pu­bliée en 2005, qui, après l’étude de 30 000 dossiers de cancer chez l’en­fant, montre que les enfants vivant près d’une ligne haute tension ont une probabilité 70 % plus élevée que la moyenne, de présenter une leucémie. Au total, les auteurs de cette étude dénombrent cinq cas suspects, car la leucémie est une maladie rare, mais ces cinq cas se­raient suffisants pour accuser les lignes haute tension. En France, plu­sieurs cas de leucémies sont également mis en relation avec les champs magnétiques basse fréquence.

Ces résultats, bien qu’ils soient l’objet de discussions, soulèvent plus de questions qu’ils n’en résolvent : comment en effet expliquer l’effet des basses fréquences sur le corps humain, alors que les courants électriques générés par le propre fonctionnement du corps (système nerveux, système cardiaque) sont plus intenses ? Par quels mécanis­mes les champs basse fréquence des lignes à haute tension entrent- ils dans le déclenchement d’un cancer ou d’autres maladies qu’on leur attribue parfois, comme des tumeurs cérébrales, des troubles neurologiques ou immunitaires ?

Vidéo: champs électromagnétiques de basse et haute fréquence

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur: champs électromagnétiques de basse et haute fréquence

← Article précédent: Article suivant:

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié