Un site du réseau encyclopédique Savoir.fr
➔ ENVIRONNEMENT

Des noyaux constitués de protons et d’électrons ?

Vous êtes ici : » » Des noyaux constitués de protons et d’électrons ? ; écrit le: 19 août 2012 par azza modifié le 13 novembre 2014

Des noyaux constitués de protons et d'électrons ?



Cette découverte de Rutherford montrait deux choses. Tout d’abord la transmu­tation n’était pas un phénomène réservé à la radioactivité. Ce type de métamorphose pouvait se produire chaque fois que l’on s’attaquait aux noyaux atomiques. Ensuite, si ces derniers pouvaient émettre spontanément – dans la radioactivité – des particules a et des électrons, ils pouvaient aussi, lorsqu’ils étaient (fortement) sollici­tés par l’expérience, laisser échapper des protons. Ces corpuscules devaient donc être considérés comme des composants potentiels du noyau. Rapidement, ils supplantè­rent les particules alpha, et alors que l’on abordait les années 1930, le modèle de ’ noyau atomique le plus couramment admis était un ensemble de protons et d’élec­trons. Un noyau d’azote, par exemple, était composé de 14 protons et de 7 électrons, ce qui lui assurait la charge 7 et la masse 14.

Mais ce modèle, lui aussi, se heurtait à d’importantes difficultés, de nature théo­rique, qui paraissaient très difficiles à surmonter. En particulier le noyau d’azote, jus­tement, posait un problème, lié à son moment cinétique intrinsèque, encore appelé spin.

De plus, une autre question, aussi vieille que la mise en évidence du noyau, se po­sait avec insistance. Quelle était la force responsable de sa cohésion ? L’attraction électrique existant entre protons et électrons ne pouvait en effet expliquer les très for­tes énergies de liaison mises en jeu au sein de ces objets mystérieux qu’étaient encore les noyaux.

La lumière allait jaillir brusquement en 1932, avec la découverte du neutron.

← Article précédent: Article suivant:

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles