Un site du réseau encyclopédique Savoir.fr
➔ ENVIRONNEMENT

Eau chaude gele-t-elle plus vite que eau froide ?

Vous êtes ici : » » Eau chaude gele-t-elle plus vite que eau froide ? ; écrit le: 7 mars 2012 par Hela modifié le 17 novembre 2014

Eau chaude gele-t-elle plus vite que eau froide ? Eau chaude gele-t-elle plus vite que  eau froide ?

Dans certaines conditions, oui. C’est l’effet Mpemba, du nom de l’étudiant tanzanien qui remit la question à l’ordre du jour en 1963.

Il y a longtemps déjà que l’on sait que l’eau chaude peut geler plus vite que l’eau froide. Au IVe siècle avant notre ère, Aristote racontait que les pêcheurs de la mer Noire arrosaient leurs cannes avec de l’eau chaude afin de les fixer plus rapidement dans la glace. Plus près de nous, Descartes déplorait que peu de gens fussent capables de conduire correctement les expériences de gel de l’eau, qui menaient ainsi à des résultats contradictoires. Le philosophe Roger Bacon, lui aussi, s’était penché sur la question, sans plus de succès.



En 1963, Erasto Mpemba relance le débat. Il « redécouvre » le phénomène alors qu’il confectionne des crèmes glacées en compagnie de ses camarades. Au lieu d’attendre comme eux que le mélange lacté qu’il a porté à ébullition refroidisse, il le place directement dans le congélateur. Et là, inexplicablement, sa préparation gèle plus vite que celle des autres. Intrigué, Mpemba réitère l’expérience avec du lait, puis de l’eau, et finit par lancer un physicien, Denis Osborne, sur l’affaire. Depuis, l’effet Mpemba a fait couler beaucoup d’encre. Le très sérieux Journal of Physics et la revue américaine New Scientist ont publié des comptes rendus d’expériences relatives au phénomène, qui est devenu un des sujets de discussion favoris des blogs et forums consacrés à la physique.

À l’heure actuelle, aucune explication satisfaisante et définitive n’a été délivrée car les conditions expérimentales sont difficiles à reproduire. Les résultats s’avèrent souvent contradictoires, trop de facteurs intervenant en même temps. L’explication la plus plausible fait intervenir la perte de masse engendrée par l’évaporation. L’eau chaude se volatilise plus rapidement et la masse qui reste à refroidir, plus faible, gèle plus vite. D’autant que le processus absorbe de la chaleur. Des expériences réalisées en récipient fermé ont toutefois donné des résultats analogues, montrant que l’évaporation ne serait pas seule à intervenir.

Vidéo : Eau chaude gele-t-elle plus vite que eau froide ?

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur : Eau chaude gele-t-elle plus vite que eau froide ?

← Article précédent: Article suivant:

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles