Guppys

> > Guppys ; écrit le: 10 avril 2012 par chayma modifié le 14 novembre 2014

L’absence de rayons épineux, la position très reculée des nageoires pelviennes, une ligne latérale rudimentaire, une petite bouche protractile et une caudale plus ou moins arrondie donnent à tous les cypri-nodontoïdes un «air de famille». C’est dans leurs modes de reproduction qu’ils présentent des particularités remarquables. Des 6 familles reconnues, 2 sont ovipares et 4 vivipares.

Guppys et gambusies

Les pœcilidés, auxquels appartiennent les guppys et les gambusies, sont vivipares; le mâle, généralement plus petit que la femelle, possède un organe d’accouplement ou gonopode, formé par les premiers rayons modifiés de la nageoire anale. Dès l’âge de trois mois, les femelles très prolifiques mettent au monde de dix à soixante petits chaque mois.

Comme la gambusie, originaire du sud des Etats-Unis et introduite en Europe en 1922, les guppys mangent de grandes quantités de larves de moustiques; aussi les a-t-on acclimatés dans les zones marécageuses de nombreux pays pour lutter contre les anophèles qui transmettent la malaria.

Les quatre-yeux

Les géants du groupe, les anableps ou quatre-yeux qui atteignent 20 centimètres de long, ne manquent pas de surprendre. Ce sont aussi des vivipares ; le gonopode tubiforme des mâles ne peut se mouvoir que vers la gauche ou vers la droite ; il y a donc des gauchers et des droitiers. Chez la femelle, l’orifice génital, recouvert par une écaille, n’est libre que d’un seul côté aussi : le mâle droitier ne peut s’accoupler qu’avec une femelle gauchère et vice versa. Par chance, les deux sexes semblent répartis de façon presque égale en droitiers et gauchers.

Les très nombreuses espèces de la famille des cyprinodontidés, toutes ovipares, sont dispersées dans les régions tropicales et subtropicales de tous les continents, Australie exceptée. Le petit Aphanius, dont la femelle ne dépasse guère 5 centimètres et le mâle 3 centimètres, se rencontre autour du bassin méditerranéen dans les eaux dormantes des mares et des fossés.

Les Cynolebias et les Rivulus américains, et les Aphyosemion d’Afrique, si appréciés des aquariophiles et qu’on reconnaît à leurs nageoires pelviennes très rapprochées, vivent souvent moins d’un an dans des régions soumises à la sécheresse; quand le niveau des eaux baisse, ils creusent le limon ou le sable du fond et y déposent des œufs, protégés par une coque épaisse, qui ne libéreront les jeunes qu’au prochain retour des pluies, d’où leur nom d’œufs de durée. La présence de certaines bactéries serait nécessaire pour que les alevins éclosent; elles se trouvent dans la vase sèche, de même que les infusoires qui constituent la première nourriture des alevins.

Vidéo : Guppys

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur : Guppys

← Article précédent: Guêpiers Article suivant: Gymnophiones


Une réponse pour "Guppys"

  1. lili  16 septembre 2012 at 12 h 28 min

    hum?

    Répondre

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles de tout le site