Hémichordés

> > Hémichordés ; écrit le: 12 décembre 2011 par La rédaction modifié le 18 novembre 2014

Description  générale

Les hémichordés regroupent deux classes de deutérostomiens marins vermiformes : les entéropneustes et les ptérobranches. Leur corps est cylindrique et mou. Il se divise en une pointe antérieure et conique (le proboscisou protosome) , suivie d’un col(mésosome), puis d’un long tronc (métasome). Leproboscis est un organe musculeux qui permet aux entéropneustes de creuser dans le sable par contractions. Le col est un petit cylindre qui porte la bouche ventralement et, chez les ptérobranches, une paire de tentacules. Une tige dure, interne au col, rappelle un morceau de chorde. Dans la partie antérieure du tronc, des fentes branchiales s’ouvrent de chaque côté, perçant la paroi du pharynx et la paroi du tronc. Cette disposition rapproche les hémichordés des chordés dans l’ensemble des pharyngotrèmes. Le tronc constitue la majeure partie du corps et contient les gonades. Les entéropneustes ressemblent à de gros vers, de 9 à 45 cm de long. Une espèce brésilienne, Balanoglossus gigas,mesure plus de 2,5 m. Les /ptérobranches sont des hémichordés tubicoles qui portent une paire de tentacules sur le col qui leur sert à capturer les particules organiques en suspension dans l’eau de mer. Les graptolites, très proches des ptérobranches, sont des hémichordés marins, fossiles, coloniaux très abondants dans le Silurien (-415 M.A.).

Écologie

Les ptérobranches sont surtout présents dans les mers de l’hémisphère Sud. Ils habitent les eaux profondes et vivent dans des tubes qu’ils sécrètent. Les entéropneustes vivent majoritairement en eau marine peu profonde. Ils sont présents sur tous les rivages ; 60 % des espèces sont en mer chaude. Certaines espèces vivent dans les grands fonds (Grandiceps  abyssicola). La plupart d’entre eux creusent des galeries en forme de U dans la vase ou dans le sable de la zone de balancement des marées. Ils avalent le sédiment duquel ils extraient les particules organiques. Les déjections sont repérables à la surface

du sable, elles forment un petit tas à l’ouverture postérieure de leur galerie. Les hémichordés se déplacent par contractions de la trompe (ou proboscis). Ils se nourrissent tous de particules organiques qu’ils trouvent dans les sédiments entéropneustes) ou en suspension dans l’eau (ptérobranches). Dans les deux cas, ils se servent du proboscis comme d’une surface de capture des aliments. Des cils vibrátiles, recouvrant le proboscis, conduisent ces particules vers la bouche. Les sexes sont séparés. La fécondation est externe et le développement peut être direct ou indirect. Dans ce dernier cas, la larve dite «tornaría» ressemble beaucoup à celle des échinodermes.

Quelques caractères dérivés propres

■ Proboscis ou gland : l’avant de l’animal est constitué d’un proboscis (p). En fait, les hémichordés sont bien caractérisés par un corps divisé en trois parties signalées dans le figure chez un entéropneuste la, Saccoglossus) et chez un ptérobranche lb, Cephalodiscus) : le proboscis ou protosome,suivi d’un col (co) ou mésosome, puis d’un long tronc

(f, métasome).

Exemples

Balanoglosse: Balanoglossus clavigerus ; Saccoglossus  cambrensis; stolon noir: Rhabdopleura  normanr, Cephalodiscus  dodecalophus.

  • Nombre d’espèces
  • Plus anciens fossiles connus :Rhabdotubus johanssoni, un ptérobranche rhabdopleuride du 515 M.A.).530 M.A.)
  • Cambrien moyen de Suède (Yunnanozoon lividum, du Chengjiang (en Chine est peut être un hémichordé proche des balanoglosses.Mondiale.

← Article précédent: Pharyngotrèmes Article suivant: Chordés


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles de tout le site