➔ ENVIRONNEMENT

Kenya-Tazanie:Masai Mara – Serengeti

> > Kenya-Tazanie:Masai Mara – Serengeti ; écrit le: 19 décembre 2012 par imen modifié le 13 novembre 2014


Masai Mara – Serengeti

La région du Masaï Mara et, dans son )longement, celle du Serengeti, situées le au Kenya et l’autre en Tanzanie, sont mues pour les grands déplacements de dus dont elles sont le théâtre. Les guépards ont nombreux : la population du Kenya it estimée entre 1 000 et 1 200 individus 1992. Les grands ongulés fréquentent par liers cette zone et les fauves profitent de r affaiblissement en période de migration ir les attaquer plus aisément, parc du Serengeti est prolongé au sud par :one protégée du Ngorongoro, où se icentrent également de nombreux maux, vivant en vase clos dans le vaste tère du même nom.

parc du Masaï Mara se trouve au sud-ouest Kenya, à 340 km de Nairobi. Il est situé à î altitude moyenne de 1 650 m et couvre î superficie de 1 670 km2. Il fut fondé en 1961 et est surtout célèbre pour ses migrations de plus d’un million de gnous, plusieurs centaines de milliers de zèbres et de buffles, de nombreuses antilopes et de gazelles, qui viennent en juillet-août depuis le Serengeti. Le parc est irrigué par le fleuve Mara, bordé d’arbres, et par la rivière Talek. Les animaux se rassemblent surtout dans sa partie occidentale, bordée par l’escarpement d’Oloololo. Les touristes sont nombreux dans l’est du parc, près de la porte d’Oloololo et de la porte de Talek. C’est dans les paysages magnifiques du parc que fut tourné Ont of Africa (Sydney Pollack). Le film est tiré du livre de Karen Blixen qui vécut de nombreuses années dans cette région du Kenya.

Le Serengeti, ou « vaste plaine » en masaï, est le plus ancien et le plus vaste parc de Tanzanie. Il couvre 14 763 km2. Cette immense plaine, au nord-ouest du pays, prolonge le Masaï Mara. Elle est parsemée de grands blocs granitiques (appelés kopjes) et couverte de zones de forêts et de savanes arborées. Tout comme au Masaï Mara, la concentration de faune y est énorme. De novembre à mai, pendant la saison des pluies, l’herbe y est abondante. Aux premiers signes de sécheresse, les animaux se dirigent vers les régions boisées et les savanes broussailleuses. Puis, lorsque l’herbe se fait plus rare encore, les grands troupeaux se dirigent vers l’ouest des plaines et remontent vers le nord jusqu’au Masaï Mara où la végétation persiste et où les points d’eau sont permanents. Ils font demi-tour en novembre, lorsque les pluies reviennent, et repartent vers les sols volcaniques fertiles des hauts plateaux du Ngorongoro.

Faune et flore

Outre les gnous présents en très grand nombre pendant les migrations, on peut observer des phacochères, des zèbres, des rhinocéros noirs, des éléphants, des buffles, des girafes masaïs, des gazelles de Thomson, des gazelles de Grant, des impalas, des topis, des bubales et des babouins. D’autres grands félins sont également visibles, comme des léopards se prélassant sur les rochers ou sur des branches et des lions se reposant à l’ombre d’un bouquet d’acacias. Les autres principaux carnassiers du Masaï Mara et du Serengeti sont les hyènes tachetées, les lycaons et les chacals. Les fleuves abritent de nombreux crocodiles et des hippopotames. Dans cette région vivent également environ 450 espèces d’oiseaux, dont des vautours, des marabouts, des autruches, des outardes, des calaos mais aussi les oiseaux migrateurs d’Europe et d’Asie tels que les cigognes, les faucons crécerelles, les busards, les hirondelles, les martinets, etc.


C’est une région de savanes, de plaines herbeuses, ponctuées d’acacias parasols.

Observation

L’observation de la faune du Masaï Mara ou du Serengeti se fait en voiture tout-terrain, de préférence tôt le matin ou en fin de journée. La meilleure saison pour s’y rendre est de juillet à octobre ou janvier et février. Il existe de nombreux safaris organisés, à réserver avant le départ ou sur place à Nairobi. Il est également possible de louer une voiture pour un safari personnel (le réseau routier est correct) ; dans ce cas, il est conseillé de se munir de cartes routières avant de partir.

Il faut prendre des réservations à l’avance pour la haute saison (décembre à mars). Un droit d’entrée est à régler à l’entrée du parc du Masaï Mara ; on ne peut pas s’y déplacer à pied et la circulation est interdite de 19 heures à L’aube. Il est possible en revanche de le survoler en montgolfière (à partir de Keekorok, de Mara Serena et de Governor’s Camp). On peut également choisir de suivre une randonnée de 3 à 5 heures, dirigée par des guides masaïs. Il est préférable d’éviter les visites en minibus et, évidemment, de ne pas poursuivre les animaux.

Les fauves peuvent être repérés en observant les vautours qui cherchent les carcasses. Des singes bruyants dans les arbres peuvent être également le signe de la présence d’un félin. Lapproche se fait lentement et une certaine distance doit être respectée ; il faut donc se munir de jumelles ou d’une longue-vue. Les guépards sont réputés être non agressifs mais la prudence est nécessaire, notamment du fait de la présence d’autres grands prédateurs dans le même secteur. Les guépards peuvent être également observés au Kenya dans les autres principales réserves (les parcs de Nairobi et de Samburu par exemple).


Vidéo : Kenya-Tazanie:Masai Mara – Serengeti

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur : Kenya-Tazanie:Masai Mara – Serengeti

← Article précédent: Le guépard Article suivant: Le lion


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles