Un site du réseau encyclopédique Savoir.fr
➔ ENVIRONNEMENT

la sécurité d’approvisionnement pour les États-Unis

Vous êtes ici : » » la sécurité d’approvisionnement pour les États-Unis ; écrit le: 15 février 2012 par mariouma modifié le 17 novembre 2014

la sécurité d’approvisionnement pour les États-Unisla sécurité d'approvisionnement pour les États-Unis

Un approvisionnement fiable et compétitif en énergie joue un rôle important dans la croissance et le développement économique d’un pays. L’économie américaine a bénéficié de cet avantage durant des décennies compte tenu de l’abondance de ses ressources énergétiques à bas prix et faiblement taxées. Quant à « 1’American way of life » il y trouve en grande partie son origine. Mais les distorsions croissantes dans les prix de l’énergie ont des effets sur la consommation, la fourniture et la fiabilité des infrastructures énergétiques et peuvent à terme générer des coûts économiques et sociaux élevés. Une fraction croissante de la consommation d’énergie nord-américaine, en particulier de pétrole, est importée. Les « black-out » de 2003 dans le nord-est des Etats-Unis ainsi que la catastrophe entraîné par l’ouragan Katrina et la marée noire de BP en Louisiane ont soulevé la question de la fiabilité des infrastructures. Ce genre d’incidents a mis en évidence un type nouveau de menace pour la sécurité nationale et la prospérité économique des États-Unis. L’idée a progressé dans le pays selon laquelle la sécurité d’approvisionnement peut être assurée différemment. Les réserves de pétrole et de gaz sont concentrées dans des zones géopolitique-ment instables dont les gouvernements ne sont pas toujours favorables aux États-Unis. Les autorités américaines lient ainsi de plus en plus politique énergétique et politique étrangère, en particulier lorsqu’il s’agit de pétrole.

Les relations diplomatiques américaines sont de ce fait liées aux décisions qui influent sur le prix du pétrole. L’autre voie de la sécurité d’approvisionnement réside dans le développement, l’exploitation et la mise à disposition des ressources nationales en charbon, pétrole et gaz.



L’augmentation des prix des énergies vient conforter cette orientation dans la mesure où elle rend économiquement compétitive l’exploitation de certaines réserves situées dans des zones géographiquement difficiles. Une des réponses des autorités américaines à la sécurité d’approvisionnement et à la croissance de la demande se fonde ainsi sur le développement des ressources énergétiques domestiques : certaines zones jusqu’ici non exploitées ont été ouvertes à la prospection tandis que dans d’autres elle a été accélérée (offshore, Alaska, Californie…). Les États-Unis ne comptent cependant pas que sur leurs seules ressources et mettent aussi leur politique étrangère au service de leur politique énergétique afin de favoriser leur accès aux ressources énergétiques dans certaines zones, tels que le Mexique. L’invasion de l’Irak peut également être perçue comme un moyen de continuer à accéder au pétrole. Il ne semble toutefois pas réaliste de croire que seul un recours à l’offre domestique va répondre à la croissance de la demande. Des politiques visant à inciter à une meilleure gestion de la demande devraient constituer un autre axe de la réponse à la sécurité d’approvisionnement. Les États-Unis recourent de plus en plus aux carburants renouvelables et cherchent à réduire leur dépendance au pétrole en améliorant l’efficacité énergétique de ses usages.

En décembre 2007, le Président Bush a signé la loi sur l’indépendance énergétique et la sécurité qui prévoit dans le domaine de l’automobile d’en améliorer l’efficacité énergétique, de recourir à de nouvelles sources d’énergie alternatives et d’en soutenir financièrement le développement. Dans son discours sur l’état de l’Union en janvier 2008, le Président Bush a également annoncé un plan ambitieux visant à renforcer la sécurité énergétique. Ce plan vise à diversifier les types et sources d’approvisionnement énergétique des États-Unis et à renforcer les actions en matière de maîtrise de la demande, en particulier en intensifiant le développement des nouvelles technologies. Mais le pivot central de ce plan réside dans l’objectif de réduire de 20 % d’ici les dix prochaines années la consommation d’essence. Pour ce faire, les Etats- Unis comptent à la fois sur la diversification des combustibles utilisés dans le transport, en favorisant l’utilisation des biocarburants renouvelables, comme l’éthanol, et sur l’amélioration de l’efficacité énergétique, notamment en durcissant les normes imposées à l’industrie automobile. Les autres volets de ce plan portent sur la réduction progressive de la dépendance nationale vis-à-vis des importations de pétrole et sur la sécurisation de l’approvisionnement : il est prévu de doubler le volume des réserves stratégiques de pétrole et d’accélérer la production nationale. Ce plan relève clairement d’une politique de l’offre dans mesure où s’il est prévu de réduire la demande d’énergie, il y a peu d’actions visant à agir sur la structure même de la consommation énergétique américaine. Dans ces conditions, on pouvait s’interroger   l’efficacité à long terme du plan ainsi mis en œuvre. Depuis l’arrivée au pouvoir d’Obama, la situation économique et énergétique des États- Unis a beaucoup changé. Le Président n’a pas encore réussi à se centrer sur son rêve d’une « Amérique verte ».

Vidéo: la sécurité d’approvisionnement pour les États-Unis

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur: la sécurité d’approvisionnement pour les États-Unis

← Article précédent: Article suivant:

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles