Limicoles

> > Limicoles ; écrit le: 13 avril 2012 par chayma modifié le 14 novembre 2014

La grande majorité des limicoles (du latin limus : boue, et colere : habiter), naguère dénommés «petits échassiers», vit au bord des eaux douces ou marécageuses, ou le long des vasières maritimes de tous les continents. Leur attachement aux zones humides n’en fait pas pour autant de véritables oiseaux aquatiques : peu d’entre eux nagent volontiers ou passent de longs moments sur l’eau. Ce sont des oiseaux de taille petite à moyenne, dont le poids varie de 20 grammes pour le bécasseau minute à 1.1 kilo pour le courlis cendré. La longueur du bec, du cou et des jambes diffère considérablement d’une espèce à l’autre.

Un bec sondeur

La plupart des limicoles sont répartis dans deux familles : celle des charadriidés (pluviers, vanneaux, etc.) compte 62 espèces et rassemble des oiseaux dotés d’un bec plutôt court et pointu, qui picorent la terre ou la vase pour capturer leurs proies ; les membres de la famille des scolopacidés barges, chevaliers, etc, qui comprend 81 espèces, se caractérisent par leur bec long et mince. Pourvu de cellules sensorielles tactiles, véritable organe du toucher, il permet aux oiseaux de sonder la vase et de capturer les proies. A côté de ces deux grandes familles se rangent également les récurvirostridés et les phalaropidés .

Quarante-deux espèces de limicoles se reproduisent en Europe – principalement aux hautes latitudes , auxquelles viennent s’ajouter 35 ou 36 espèces en provenance d’Asie, d’Amérique du Nord ou d’Afrique, qui y transitent temporairement, de façon plus ou moins régulière.

Des poussins précoces

Les limicoles ont un plumage plutôt terne où se mêlent le brun, le roux, le jaunâtre et le gris. De nombreuses espèces possèdent des taches claires sur les ailes, le dos ou la queue, qui servent à la reconnaissance entre congénères. Au printemps, quelques limicoles acquièrent un plumage nuptial coloré (combattant, barge rousse).

Excepté les glaréoles, qui chassent les insectes en vol, les limicoles se nourris-sent à terre (bécasses, pluviers dorés, vanneaux huppés), dans l’eau peu profonde, ou près du bord (bécasseaux, chevaliers). Les insectes et leurs larves constituent une part importante du régime alimentaire durant la saison de reproduction. Au cours des migrations et pendant l’hivernage, ils sont en partie remplacés par les vers et les mollusques.

Certains limicoles nichent isolément (petit gravelot) ; alors que d’autres constituent des colonies plus ou moins lâches (bécasseau variable, chevalier gambette). Chez la majorité des espèces, le couple manifeste un comportement territorial marqué.

Lorsque le mâle est polygame (combattant varié), seule la femelle assure l’incubation des œufs et la protection des poussins. Le nid, peu élaboré, situé au sol (sauf chez le chevalier cul-blanc), reçoit quatre œufs (parfois trois), en forme de poire et de coloration cryptique. La ponte est couvée pendant trois semaines chez les petites espèces, de quatre à cinq semaines chez les grandes.

Les poussins naissent les yeux ouverts, revêtus d’un duvet qui les camoufle. Ils quittent le nid peu après l’éclosion et se nourrissent seuls. Toutefois, ils continuent d’être surveillés et protégés par leurs parents pendant quelque temps, fis volent dès l’âge de dix-huit jours chez les phalaropes, mais pas avant trente-cinq jours chez les courlis.

Vidéo : Limicoles

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur : Limicoles

← Article précédent: Libellules Article suivant: Limules


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles de tout le site