Une force nouvelle : l’interaction faible

> > Une force nouvelle : l’interaction faible ; écrit le: 28 mars 2012 par azza modifié le 17 novembre 2014

L’interaction faible

L’équation n -> p + e- + v, alliée à la similitude des masses du proton et du neu­tron, montre que ces deux particules ne sont pas vraiment sans lien entre elles. C’est pourquoi on les rassemble sous le vocable de « nucléon ». En s’inspirant du fait que l’électron peut exister sous deux états de spin (+1/2 et -1/2) Heisenberg suggéra, en 1933, que le proton et le neutron soient considérés comme deux états « d’isospin » d’une même particule, le nucléon.

Cependant, la toute nouvelle théorie des interactions électromagnétiques venait de montrer que, sous certaines conditions, le spin d’un électron pouvait s’inverser avec émission d’un photon (ph).

matique de sa théorie, Fermi peut évaluer l’intensité de cette nouvelle interaction.Ce calcul lui confirme qu’elle ne serait pas suffisante pour assurer la co­hésion des noyaux, et c’est pourquoi cette nouvelle force fondamentale sera baptisée « interaction faible ».

La théorie de Fermi fut un grand succès. Elle résolvait définitivement les énigmes de la désintégration p. Elle confirmait brillamment l’hypothèse du neutrino. Elle res­te valable de nos jours dans ses grandes lignes, quelques ajustements lui ayant toutefois été apportés pour tenir compte des découvertes qui furent faites ultérieurement.

Vidéo : Une force nouvelle : l’interaction faible

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur : Une force nouvelle : l’interaction faible

← Article précédent: Le petit neutron : Pauli ou Fermi ? Article suivant: Chacals, coyote


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles de tout le site