Un site du réseau encyclopédique Savoir.fr
➔ ENVIRONNEMENT

Balaou, Saury

Vous êtes ici : » » Balaou, Saury ; écrit le: 24 mai 2012 par Hela modifié le 14 novembre 2014

Balaou, Saury

Balaou, Saury

Ce poisson ressemble fortement à l’Orphie (voir pp. 32-33), toutefois son corps est un peu moins épais, ses mâchoires plus courtes et il porte, sur le pédoncule caudal (pedoncula caudae), plusieurs petites nageoires accessoires (les pinnules) derrière les nageoires dorsale et anale. A la différence de l’Orphie, ses os ne sont pas colorés en vert. On le trouve dans les eaux chaudes de l’Atlantique proches des côtes américaines, d’Europe occidentale, du nord-ouest de l’Afrique, en Mé­diterranée et dans la mer Noire. Il mesure au maximum 50 cm de long. Espèce pélagique, le Balaou se tient près de la surface. Ses petits œufs (2 mm) sont cou­verts de filaments adhésifs et flottent à la surface. A l’éclosion, les alevins ont de courtes mâchoires qui croissent de façon uniforme. Ce poisson se nourrit de Crus­tacés et d’autres petits poissons.



Le Poisson volant de l’Atlantique (Cypselurus ou Cheilopogon heterurus), de la famille des Exocoetidae, vit dans les eaux tropicales et chaudes de l’océan Atlantique et de la Méditerranée. Ses nageoires pectorales sont démesurément développées et les pelviennes sont assez grandes. Il mesure jusqu’à 43 cm de long. Ses œufs sont revêtus de filaments adhésifs qui les fixent sur les végétaux flot­tants ou les assemblent en « radeaux ». À l’éclosion, les alevins, qui portent deux petits barbillons sur la mâchoire inférieure, demeurent dans les eaux côtières.

L’Exocet (Exocoetus volitans), long de 30 cm, appartenant à la famille des Exo­coetidae, est répandu dans les océans Atlantique, Pacifique et Indien. Son dos est bleu, son ventre blanc, ses flancs sont argentés et ses nageoires pectorales sont d’un brun bleuâtre.

La famille des Exocoetidae groupe les poissons volants des régions équatoria­les, des océans Atlantique, Indien et Pacifique. Leurs nageoires pectorales, extrêmement longues, leur permettent de planer à l’air libre. Les nageoires pelvien­nes et le lobe inférieur de la caudale peuvent également être modifiés. Très allongés, les rayons des nageoires pectorales assurent leur rigidité pendant le « vol ». Ce vol plané dure jusqu’à dix secondes pendant lesquelles le poisson peut franchir plus de 100 m s’il bénéficie d’un vent contraire ascendant favora­ble. Les Poissons volants de la famille des Exocoetidae sont étroitement appa­rentés aux membres des Belonidae et Scomberesocidae.

Vidéo : Balaou, Saury

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur : Balaou, Saury

← Article précédent: Article suivant:

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles