Murène-panthère

> > Murène-panthère ; écrit le: 24 mai 2012 par Hela modifié le 14 novembre 2014

Murène-panthère

La Murène-panthère est répandue dans le centre de la région indo-pacifique. On l’appelle aussi Gymnothorax flavomarginatus. Sa couleur de fond, dorée, est constellée de nombreuses petites taches noires accolées. Une grande marque sombre souligne la fente branchiale à l’arrière de la tête. Le vomer, os du crâne, qui sépare les fosses nasales, est pourvu de dents sur sa partie antérieure. Atteignant 1,6 m de long, cette murène, redoutée, passe pour être agressive.

Dépourvu d’écailles, le corps des murènes présente souvent des couleurs vi­ves. La queue est importante, les nageoires pectorales et pelviennes manquent et les nageoires impaires sont peu élevées mais leurs bases sont longues. On connaît plus de cent espèces de murènes réparties entre plusieurs genres. Toutes sont agressives, sans toutefois qu’il soit nécessaire de les provoquer. Les grandes es­pèces, qui mesurent environ 2,5 m, sont considérées comme les poissons les plus dangereux des mers tropicales. Leur sérum sanguin, toxique, détruit les globules rouges du sang humain quand il pénètre dans une blessure consécutive à une mor­sure. Celle-ci implique généralement la région du vomer où les vaisseaux capillai­res éclatent dans la muqueuse du palais. Chauffé à plus de 75 °C, le sang des mu­rènes perd sa toxicité. On ne sait pas encore avec certitude si certaines murènes ont des glandes à venin près de leurs dents.

La Murène (Muraena helenà) est sans doute la mieux connue. Comme les autres espèces, elle a des narines qui s’ouvrent à côté du bord antéro-supérieur des yeux. On la rencontre aussi bien en Méditerranée que dans l’océan Atlantique oriental, dans le nord elle pénètre dans les eaux de la Grande-Bretagne. At­teignant 1,2 m de long, sa chair était jadis très recherchée par les riches Romains et figurait au menu des fêtes. On l’élevait alors dans des viviers (piscinae), et les esclaves condamnés à mort lui servaient de nourriture, ce qui donnait, paraît-il, à leur chair un goût délicieux. La sentence « aux murènes » (ad muraenas) effrayait au plus haut point les condamnés avant leur supplice.

Vidéo : Murène-panthère

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur : Murène-panthère

← Article précédent: Congre Article suivant: Balaou, Saury


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles de tout le site