Canards, oies, cygnes et anatidés

> > Canards, oies, cygnes et anatidés ; écrit le: 26 mars 2012 par chayma modifié le 17 novembre 2014

La morphologie des anatidés reflète leurs affinités avec l’élément liquide : le corps, large et plat sur le ventre, forme une grande surface flottante ; le plumage dense est parfaitement imperméable ; les pattes, courtes, sont prolongées par des pieds palmés.

La forme et la fonction du bec, recouvert d’une peau molle et terminé par un onglet corné, varient au sein des différents groupes. Plat, arrondi au bout, garni sur son pourtour de lamelles développées, il joue le rôle de filtre chez les canards de surface. Bordé de lamelles cornées chez les oies, il sert à brouter et à arracher l’herbe. Fin et crochu à l’extrémité, muni de lamelles courtes transformées en «dents-, il est utilisé par les harles pour capturer et maintenir solidement les poissons.

Les anatidés sont répartis sur tous les continents, sauf l’Antarctique. Les systématiciens les ont divisés en onze tribus.

Les tribus européennes

Trente-huit espèces sont représentées en Europe. Les oies et les cygnes sont classés dans la tribu des Anserini. Les cygnes sont les plus grands anatidés (2 m d’envergure, 15 kilos); blancs, noirs, ou blanc et noir, ils sont dotés d’un long cou et de pattes courtes. A terre, ils se déplacent difficilement et préfèrent l’eau, où ils fouillent la vase avec leur bec. Les oies sont plus terrestres et marchent aisément, grâce à leurs pattes relativement longues, situées au milieu du corps. Excellents voiliers, les cygnes sauvages et les oies cendrées effectuent de très grandes migrations>.

Les tadornes (Tadomini), de taille moyenne (environ 60 cm), sont pourvus, comme les oies dont ils sont proches, de pattes assez longues. Cependant, à la différence de ces dernières, ils ne broutent pas l’herbe, mais se nourrissent de crustacés et de mollusques collectés dans la boue des vasières et des estuaires. En Europe, les tadornes de Belon déposent leurs œufs dans des cavités du sol, le plus souvent des terriers de lapins.

Canards de surface et canards plongeurs

Les canards de surface (Anatini), plus petits que les tadornes, s’alimentent sur l’eau, sans quitter la surface, mais plongent la tête lorsqu’ils barbotent. Les graines constituent l’essentiel de leur régime alimentaire. Ils peuvent s’envoler de la surface de l’eau sans prendre d’élan. Les mâles ont souvent des couleurs vives, alors que les femelles sont plus ternes ; leurs ailes portent un «miroir» brillant et coloré, constitué par les rémiges secondaires. Le canard colvert est le plus connu et le plus répandu de la tribu.

Moins colorés, les canards plongeurs (Aythyini) se nourrissent sous l’eau de végétaux et d’invertébrés, qu’ils vont chercher à quelques mètres de profondeur. Ils doivent courir pour parvenir à décoller d’un plan d’eau.

Les fuligules morillons mâles sont noir et blanc, et les milouins ont la tête rousse, la poitrine noire et le reste du corps gris. Les harles et les canards marins (Mergini) fréquentent les eaux douces et marines. Ils plongent pour se nourrir. Les harles sont piscivores, les eiders et les macreuses consomment principalement des mol­lusques, qu’ils capturent grâce à leur bec puissant.

Les Oxyurini ne sont représentés en Europe que par l’érismature à tête blanche, petit canard plongeur à la queue relevée qui mange des mollusques, des insectes et de petits poissons.

Vidéo : Canards, oies, cygnes et anatidés

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur : Canards, oies, cygnes et anatidés

← Article précédent: Calaos Article suivant: L’atome révélé : L’expérience de Marsden et Geiger


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles de tout le site