Un site du réseau encyclopédique Savoir.fr
➔ ENVIRONNEMENT

Faut-il redouter les clathrates océaniques ?

Vous êtes ici : » » Faut-il redouter les clathrates océaniques ? ; écrit le: 13 juillet 2012 par Hela modifié le 13 novembre 2014

Faut-il redouter les clathrates océaniques ?Faut-il redouter les clathrates océaniques ?

Les domaines marins situés à la périphérie des continents et le pergélisol des régions arctiques sont riches en méthane. À haute pression ou basse température, ce gaz à effet de serre (gaz naturel) se retrouve piégé sous forme d’hydrates de carbone dans de petites cages constituées de molécules d’eau : les clathrates. Ces structures cristallines, dont l’aspect évoque vaguement celui de la glace, sont viables jusqu’à -80 °C à la pression atmosphérique.

À haute pression, comprimées par une hauteur d’eau de mer d’au moins 300 mètres, elles restent stables jusqu’à 2 à 3 °C. Les clathrates peuvent contenir jusqu’à cent soixante fois leur volume en méthane. Une aubaine en ces périodes de crise énergétique, mais aussi un risque potentiel pour l’environnement.



Que le niveau marin baisse, allégeant la pression sur les sédiments, ou que la température de l’eau s’élève, suite au réchauffement climatique, et les hydrates risquent de dégazer. D’où une aggravation de l’effet de serre, le pouvoir échauffant [du méthane étant vingt fois supérieur à celui du dioxyde de carbone. Selon certains chercheurs, un tel phénomène ne serait pas nouveau et le clathrat – gun, le canon à clathrates aurait déjà frappé.

Les archives climatiques ont laissé soupçonner des couplages entre réchauffement climatique et quantité de méthane dans l’atmosphère. Le méthane s’accumulerait-il dans les clathrates pendant les périodes glaciaires, avant d’être libéré dès les premiers signes de réchauffement, accélérant et amplifiant le processus ? Après une accalmie d’une dizaine d’années, il semblerait justement que les concentrations de méthane dans l atmosphère soient reparties à la hausse.

En outre, les observations effectuées par une équipe russe ont fait état de concentrations très élevées dans l’eau et au-dessus de la mer de Sibérie orientale. Plusieurs campagnes de mesures vont être menées dans l’Arctique pour tenter de cerner le phénomène.

Vidéo : Faut-il redouter les clathrates océaniques ?

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur : Faut-il redouter les clathrates océaniques ?

← Article précédent: Article suivant:

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles