Un site du réseau encyclopédique Savoir.fr
➔ ENVIRONNEMENT

Les papiers d’hygiène : Les produits d’hygiène en feuilles ou produits «plats»

Vous êtes ici : » » Les papiers d’hygiène : Les produits d’hygiène en feuilles ou produits «plats» ; écrit le: 8 mai 2012 par chiraz modifié le 14 novembre 2014

Les papiers d’hygièneLes papiers d’hygiène : Les produits d'hygiène en feuilles ou produits «plats»

Il s’agit de tous les papiers à usage unique pour l’hygiène et la santé, vaste gamme de papiers de composition fibreuse fort différente et qui doivent remplir plusieurs fonctions : protéger, absorber et essuyer. Ils sont classés en deux grandes catégories : les produits plats composés de feuilles et les produits à matelas absorbant.

Les produits d’hygiène en feuilles ou produits «plats»

Ils sont directement utilisés pour l’hygiène de la personne ou pour la propreté des surfaces ou des objets. Ce sont le papier de toilette, les mouchoirs, les essuie-mains, les essuie-tout, les serviettes, les nappes et sets de table, les serviettes à démaquiller, etc. Le papier de toilette, ou papier hygiénique, d’invention relativement récente, tient une grande place dans cette catégorie. Les Anciens utilisaient des procédés de fortune : comme le décrit Aristophane «trois pierres suffisent pour se torcher le cul si elles sont raboteuses ; polies, il en faut quatre ». Au cours des siècles, outre les herbes, les feuilles et les cailloux, différents textiles sont utilisés, laine, chanvre ou étoupe selon la classe sociale… On peut citer les multiples matériaux proposés par Gargantua à Grandgousier pour obtenir le meilleur torche-cul au XVIe siècle (la Vie très horrificque du grand Gargantua, père de Pantagruel, Rabelais, la Pléiade, 1934). Le papier de toilette est produit aux États-Unis en 1857 et introduit plus tard en France. Au XIXe siècle, l’industrialisation de la presse, l’accès progressif de toutes les classes sociales à la lecture du journal conduisent à l’utiliser, après lecture, dans nombre de latrines publiques ou privées. Puis, c’est le développement des premiers vrais papiers de toilette dits « bulle corde lisse», de la couleur de la corde, obtenus à partir de sacs de toile ou d’espadrilles. Dans les années 1950-1970, il est remplacé par un papier «crêpé» plus compatible avec l’usage des chasses d’eau. Actuellement, on utilise plus généralement du papier de toilette en « ouate de cellulose » vendu en rouleaux ou en paquets de feuilles pliées, de couleur et d’épaisseur variées, et parfois parfumés ! C’est un papier non collé, de faible grammage (17 g.m-2), fait à partir de pâtes chimiques à mélange de fibres longues et courtes. L’usage du papier de toilette a significativement et régulièrement augmenté au cours de la deuxième moitié du XXe siècle.



Tous les «jetables » font partie de la vie moderne des pays occidentaux. Les procédés de fabrication de ces papiers ont pour but d’associer douceur et résistance. Par exemple, dans un mouchoir jetable en papier sont souvent mélangées des fibres d’eucalyptus pour la douceur et de résineux pour la résistance. Les fibres sont orientées en trame et les couches sont associées par gaufrage. Les techniques de séchage sont aussi particulières: les rouleaux de presse sont remplacés par un dispositif soufflant de l’air chaud, qui permet à la fibre de garder tout son volume, sa douceur et une grande capacité d’absorption, mais aussi au papier d’avoir plus de bouffant.

← Article précédent: Article suivant:

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles