Un site du réseau encyclopédique Savoir.fr
➔ ENVIRONNEMENT

Pourquoi un ski glisse-t-il ?

Vous êtes ici : » » Pourquoi un ski glisse-t-il ? ; écrit le: 13 mars 2012 par Hela modifié le 8 janvier 2015

Pourquoi un ski glisse-t-il ?Pourquoi un ski glisse-t-il ?

L’origine des skis remonte à la nuit des temps. Les premières gravures rupestres représentant des « skis » datent de la fin du néolithique et l’on a découvert en Suède des spécimens de « planches » vieux de plus de cinq mille ans. En France, c’est un membre du club alpin, Henri Duhamel, qui fit connaître ce nouveau mode de locomotion dont il avait eu la révélation lors de l’Exposition Universelle de 1878, en visitant le pavillon des pays nordiques.

Les premiers skis introduits dans les Alpes, de fabrication Scandinave, comportaient des rainures qui permettaient de mieux glisser en ligne droite. Démesurément longs par ailleurs, ils s’avérèrent très vite inadaptés aux pentes de nos montagnes qui obligeaient à des virages fréquents. Les rainures furent donc supprimées. Vers la même époque, un professeur anglais, spécialiste des problèmes de lubrification, Osborne Reynolds, entreprenait des recherches scientifiques sur la glisse.



Il montra que la pression exercée par les skis, jointe au dégagement de chaleur engendré par les frottements, faisait fondre la neige. L’eau qui se retrouvait à l’état liquide agissait alors comme un lubrifiant. Reynolds mit sur pied de nombreuses expériences destinées à déterminer les conditions d’une bonne glisse en fonction de la température de la neige et montra entre autres que les skis métalliques étaient moins performants à basse température. De nos jours, les recherches s’orientent vers des matériaux composites, légers et robustes, tout en étant capables d’assurer une glisse optimale.

Farter un ski revient à recouvrir la semelle du ski d’une substance hydrophobe, un corps gras, pour empêcher l’eau d’adhérer au ski et améliorer la glisse sur la neige, ou plutôt l’eau liquide. De fait, le problème n’est pas si simple car il existe différentes structures de neige. À -15 °C, par exemple, la neige ne fond pas suffisamment sous le ski. La pellicule d’eau est très fine et les cristaux de glace pénètrent dans la semelle : le frottement sec est élevé.

À des températures de 0 °C, au contraire, la neige est humide et molle. Le film d’eau est épais et produit un effet de ventouse. En effet, l’eau est retenue par capillarité par les grains de glace à la surface de la neige tout en ayant tendance à adhérer au revêtement des skis. C’est la raison pour laquelle on perd de la vitesse en passant sur une neige fortement imbibée d’eau. Un fart adapté rend alors la semelle plus molle et la plus anti-adhérente possible à l’eau.

Certains fabricants produisent des skis volontairement rugueux de manière augmenter les frottements et produire un film épais. Le recours à des matériaux sombres qui s’échauffent par absorption des radiations solaires tombant directement sur les skis ou diffusés par la neige produit le même effet.

Vidéo : Pourquoi un ski glisse-t-il ?

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur : Pourquoi un ski glisse-t-il ?

← Article précédent: Article suivant:

Une réponse pour "Pourquoi un ski glisse-t-il ?"

  1. robert alain  14 août 2018 at 19 h 27 min

    Un ski métallique glisse glisse aussi bien qu’un ski bois : ancien chasseur alpin j’en ai eu l’expérience…
    Par ailleurs tant que la neige n’est pas fondante – ce qui effectivement entraine un effet “ventouse”,dû à la viscosité et à la tension superficielle de l’eau – la neige étant une forme physique de l’eau caractérisée par une structure cristalline formant un maillage très régulier et très solide – la glisse est passible,car en surface les mailles sont moins rigides et se laissent déformer par un objet qui vient à glisser sur elle de la sorte, pour cette raison. L’atome de surface se laisse tirer un peu,à la vitesse de l’objet, l’accompagne sur quelques Angströms de course, puis est rappelé par les forces de cohésion cristalline à très grande vitesse, cequi n’a aucun effet sur la progression de glisse de l’objet.
    Ce phénomène est indépendant de la température et ne dépend que de la pureté de la phase cristalline, d’autant mieux qu’il n’y a pas de phases aqueuses mélangées,et donc que la neige est bien froid.
    Quant au ski il sert à préparer une surface bien plane pour orienter les cristaux, présenter ainsi les mailles cristallines pour une bonne glisse

    Répondre

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles