← Article précédent: L'effet de serre additionnel : catastrophe ou catastrophisme Article suivant: L'effet de serre additionnel : Le forage de Vostrok


2 réponses pour "L'effet de serre additionnel : Quarante-Cinq ans de mesure à Mauna Loa"

  1. Cussey  22 mai 2018 at 9 h 58 min

    Cu

    Répondre
  2. Cussey  22 mai 2018 at 10 h 23 min

    Les cycles annuels sont bizarres car si la masse continntale 40% est un puits de carbone actif en été les océans eux 60% du fait de la chaleur rétrocèdent du carbone donc cette courbe me paraît suspecte.
    Affirmer que le volcanisme est peu actif me paraît tout aussi bizarre vu que les océans sont aussi impactés et que cet effet est ignoré.
    La courbe d’ensemble me paraît aussi curieuse par sa régularité et je suspecte donc un choix dans les analyses elles même car tout varie irrégulièrement ce qui n’apparaît pas ici.
    Enfin si on remonte plus loin on voit dans les courbes de température du GIEC qu’il existe des variations semi centennales avec des montées rapides de température de 0,6 à 0,8° en 20 à40ans qui n’ont rien à voir avec le gaz carbonique dont la dernière.
    Sans nier l’effet de serre les scientifiques du GIEC ont mis des limites qui n’existent pas dans la synthèse. La nature est complexe et les idées des hommes simplifient à outrance sur des périodes de temps très courtes.
    Comparer avec l’ancien est difficile car nous n’avons que des moyennes sur des temps longs et pas les extrêmes qui sont donc lissées, étant géologue je ressens cette notion du temps et d’effacement que malheureusement l’homme oublie.
    J’ai étudié les courbes de température et je n’y voit pour l’instant que le reflet d’une augmentation dans la partie de cycle millénaire correspondante. La température actuelle est inférieure à celle de l’époque romaine et du Moyen Age (voir les montées des eaux et l’extension des glaciers entre autre.
    Scientifiquement votre

    Répondre

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles