➔ ENVIRONNEMENT

Les climats du passé:Le petit age glaciaire

> > Les climats du passé:Le petit age glaciaire ; écrit le: 12 mai 2012 par imen modifié le 14 novembre 2014


L’avancée des glaces

Il y a seulement quelques siècles, nos ancêtres ont connu un «Petit Age Glaciaire», caractérisé par un climat plus froid que le climat actuel. En effet, entre 1450 et 1880, les glaciers des Alpes, d’Alaska et de Nouvelle-Zélande se sont avancés bien au delà de leurs limites actuelles. Dans les Alpes, le front de la mer de Glace ou celui du glacier des Bossons se trouvaient plus de 1 000 m en aval de là position qu’ils occupent aujourd’hui. La différence d’extension des glaces est frappante quand on com­pare les gravures datant du début du XIXe siècle aux photos actuelles.

Sur le terrain, l’étude des moraines permet de repé­rer plus précisément ces modifications du volume des glaces. Un glacier représente en effet une énorme masse de glace qui s’écoule sous l’effet de son propre poids. Ce mouvement très lent, imper­ceptible à nos yeux, est un puissant facteur d’éro­sion. Le glacier arrache et entraîne avec lui une multitude de débris rocheux qu’il transporte jusqu’à la limite des glaces. Là, la glace fond et les débris sont abandonnés sur place où ils forment des moraines dont la répartition permet de retracer les anciens contours du glacier.

La période froide a atteint son paroxysme entre les années 1550 et 1700. Les hivers d’alors sont rudes et enneigés et les loups affamés rôdent aux portes des villes. En Savoie, on organise des processions dans l’espoir de conjurer l’avancée des glaces.

Une telle abondance de neige frappe les imagi­nations et inspire de nombreux peintres de epoque, notamment rruegel l’Ancien au xv  siècle.


les chroniques aux anneaux d’arbres

Malh eureusement, nous ne disposons pra­tiquement d’aucune mesure instrumentale des para­mètres météorologiques à cette époque. Pour retra­cer les variations du climat, les paléoclimatologues doivent faire appel à d’autres sources d’informa- rions. Les nombreux écrits témoignant de cette renode de froid sont d’une grande utilité. Le mombre des jours de gel des canaux en Hollande, une hausse du prix du blé ou la date tardive des vendanges sont autant d’indices significatifs. Mais ce? témoignages ne sont disponibles que pour ’’Europe occidentale, la Chine et le Japon et restent l’autre part difficilement quantifiables en termes de température ou de précipitations.

Un refroidissement et des pluies moins abondantes ralentissent la croissance des arbres, ce qui se tra­duit par un amincissement des cernes qui se for­ment chaque année à la périphérie du tronc. La dendroclimatologie, qui s’appuie sur la mesure de l’épaisseur de ces anneaux pour étudier les varia­tions du climat, utilise ainsi certains arbres vieux de plus de mille ans pour retracer l’évolution du climat au cours du dernier millénaire. En France, la baisse de la température moyenne annuelle est estimée à environ 1 °C pendant le Petit Age Glaciaire. Dans les régions plus septentrionales, en Hollande par

exemple, le refroi­dissement atteignait environ 3 à 4 °C en dessous des moyen­nes actuelles. Ces changements peu­vent paraître faibles mais ils se tradui­saient pourtant par des conditions hiver­nales bien plus rudes qu’actuellement.

La fin de l’optimum médiévalLe

refroidissement du Petit Age Gla­ciaire a marqué la fin de la prospérité des Vikings et de leurs colonies établies au Groen­land. Quelques ruines rappellent encore cette période où, vers la fin du premier millénaire, Eric le Rouge avait fondé une colonie prospère sur les côtes verdoyantes du Groenland, la «terre verte»! Dès le début du XIVe siècle, les premiers signes du refroidissement se font sentir. Les eaux baignant les côtes groenlandaises restent gelées pendant de longs mois et la colonie se retrouve isolée et sans res­sources suffisantes pour subsister. Le froid met fin à la période climatique relativement clémente qui avait affecté le Nord de l’Europe entre les années 900 et 1200, période souvent qualifiée d’optimum climatique médiéval. Avec elle disparaissent les blés de Norvège et les vignobles d’Angleterre. Mais ces changements climatiques sont cependant modestes en comparaison de ceux survenus lors des grandes glaciations planétaires de l’ère quaternaire.


Vidéo : Les climats du passé:Le petit age glaciaire

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur : Les climats du passé:Le petit age glaciaire

← Article précédent: De la météorologie au climat:La diversité des climats Article suivant: Les climats du passé:Les glacaitions du quaternaire


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles