Un site du réseau encyclopédique Savoir.fr
➔ ENVIRONNEMENT

Les autres fibres naturelles végétales : Les palmiers

Vous êtes ici : » » Les autres fibres naturelles végétales : Les palmiers ; écrit le: 4 mai 2012 par chiraz modifié le 14 novembre 2014

Les autres fibres naturelles végétales : Les palmiers

Certains palmiers sont utilisés à des fins textiles, les fibres sont extraites soit des feuilles ou palmes (raphia, cocotier, palmier de l’Équateur, etc.), soit des fruits (cocotier).



Les plantes et leur culture

Les palmiers sont des monocotylédones appartenant à l’ordre des arécales, famille des arécacées. Les genres utilisés sont Raphia (R. ruffia), Carludivia (C. palmita, ou palmier de l’Équateur) et Cocos (C. nucifera). Les palmiers sont caractérisés par un pseudotronc, ou stipe, de plusieurs mètres de hauteur, formé par l’enroulement des gaines foliaires successives en une spirale.

Les feuilles, ou palmes, sont grandes (de 15 à 20 m chez Raphia) groupées en bouquet au sommet du stipe. Le limbe est plus ou moins divisé.

Les inflorescences, ou spadices, contiennent des épis de fleurs mâles et de fleurs femelles, protégées par une spathe dure et coriace. Les fruits sont des baies ou des drupes comme la noix de coco. Les palmiers sont des plantes tropicales et équa­toriales (Afrique, Asie, Amérique) qui se multiplient par drageons.

La fibre, localisation et caractéristiques

Dans les feuilles de raphia, de palmier de l’Équateur et de cocotier, les fibres élémentaires sont des éléments du sclérenchyme, qui forment une couronne sous-épidermique régulière. On en trouve aussi qui entourent les faisceaux conducteurs. Dans la noix de coco, les fibres sont des éléments qui constituent les faisceaux conducteurs du mésocarpe, rendant celui-ci très fibreux. Dans tous les cas, ce sont des fibres courtes de 2 à 6 mm de longueur et 20 pm de section en moyenne. Les cellules possèdent une paroi cellulosique fortement lignifiée. Les fibres sont très raides et résistantes.

De la plante à la fibre

Les faisceaux de fibres des palmes sont récupérés par décorticage et lacération du limbe. On obtient de grandes lanières contenant les éléments du sclérenchyme et les tissus voisins du limbe. Les lanières sont ensuite mises à sécher. Pour la noix de coco, le mésocarpe subit un rouissage suivi par des opérations de battage, cardage, lavage puis séchage. Les fibres extraites sont courtes et raides, élastiques et robustes.

Utilisations et débouchés

Ces fibres sont utilisées dans la fabrication de cordes, ficelles et liens (« raphia »), de nattes et de tapis comme les tapis de cirque, de paillassons, de chapeaux « de paille »,de brosses (raphia et coco). Elles entrent rarement dans la confection de vêtements. Les lanières fibreuses récupérées à partir du palmier de l’Équateur sont tressées pour la confection de panamas, chapeaux particulièrement légers, robustes et indéformables.

Vidéo : Les autres fibres naturelles végétales : Les palmiers

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur : Les autres fibres naturelles végétales : Les palmiers

← Article précédent: Article suivant:

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles