Un site du réseau encyclopédique Savoir.fr
➔ ENVIRONNEMENT

Les instruments :Instruments de prévision

Vous êtes ici : » » Les instruments :Instruments de prévision ; écrit le: 22 janvier 2013 par imen modifié le 13 novembre 2014

Les instruments :Instruments de prévisionLe thermomètre que Ton accroche à F ex­térieur de la fenêtre de la salle de bains, le baromètre suspendu dans un coin du salon, ou le pluviomètre planté dans le jardin, la girouette ou la manche à air forment déjà la base d’une station météo…

Les instruments météorologiques les plus courants sont au nombre d’une demi-douzaine. Certains sont utiles pour la prévision, les autres ne servent qu’à établir des statistiques climatiques. Tous sont d’un accès facile et d’un maniement simple, ce qui les met à la portée de chacun.



Instruments de prévision

L’observation simultanée de la pression atmosphérique grâce au baromètre, de la direction du vent grâce à la girouette, et du taux d’humidité grâce à l’hygro­mètre, permet de se situer avec préci­sion dans un système perturbé, donc de prévoir la suite des événements.

Le baromètre

C’est l’instrument le plus utile au météorologiste. Il sert à mesurer la pres­sion atmosphérique et permet par conséquent d’en suivre les variations.

Au NIVEAU DU SOL, la pression atmosphérique moyenne est équilibrée par une colonne de mercure de 760 mm, soit 1 013,3 mb. La pression exprimée en millimètres de mercure est égale aux trois quarts de sa valeur en millibars. Les baromètres à mercure vendus dans le commerce sont le plus souvent conçus comme des éléments décoratifs, avec pièces de cuivre et bois travaillé.

Les baromètres d’appartement, les plus courants, sont des modèles «anéroïdes», dont le cœur est une cap­sule métallique (dite « capsule de Vidie») quasiment vide d’air. Un res­sort évite son écrasement sous l’effet de la pression atmosphérique, mais ses légères déformations, amplifiées par un système de leviers, traduisent les varia­tions de pression, indiquées par une aiguille se déplaçant devant un cadran gradué. Ce type de baromètre n est pas toujours très fidèle, mais présente l’avantage d’être dix fois moins coûteux qu’un baromètre à mercure.

POUR PRÉVOIR le TEMPS avec un baromètre, il ne faut surtout pas prendre au premier degré ses indica­tions. Mais, lorsque le baromètre tombe en dessous de 730 mm, il est à peu près certain qu’une tempête approche; au-dessus de 780mm, il est quasi certain qu’une amélioration durable s’amorce. Le plus important à considérer, pour la prévision, c’est avant tout la tendance (montée/des- cente) et le rythme de variation. Le baromètre baisse franchement dans la tête et le corps d’une perturbation. Dans le secteur chaud, il baisse encore, mais plus lentement, jusqu’au passage du front froid. Dans la traîne, la pres­sion monte alors que le front froid s’éloigne. Une hausse de 15 mm après la pluie annonce un beau temps persis­tant. Une baisse de 10 à 15 mm est l’indice d’un changement de temps rapide, qui se produira dans le cours de la journée. Une chute supérieure à 1 mm/h signale un coup de vent et pour 3 mm/h (exceptionnellement 5 mm/h) une tempête est à prévoir à brève échéance.Les instruments :Instruments de prévision

Corrections à apporter aux indications du baromètre :Un baromètre ne doit pas être utilisé tel quel. La pression atmosphérique diminue en effet avec l’altitude et les valeurs qu’il indique sont donc différentes suivant l’alti­tude à laquelle il est situé. Un baromètre non corrigé, s’il est placé à plus de 300 mètres d’altitude, ne peut indiquer le beau fixe. C’est pourquoi un baromètre peut également servir d’altimètre. Pour le rame­ner à la valeur standard, il faut augmenter la valeur indiquée de la baisse de pression correspondant à l’altitude du lieu. Pour cela, il faut agir sur la vis de réglage située à l’arrière (modèle anéroïde) ou déplacer vers le bas l’échelle de lecture (modèle à mercure). Le baromètre doit être étalonné en majorant la valeur indiquée d’lmmpourl2 ou 13 mètres d’altitude.

Corrections à apporter aux indications de la girouette:Ce qu’il faut considérer, en réalité, ce n’est pas la direction du vent au sol, mais plutôt sa direction en altitude. Car la force déviante (force de Coriolis), due à la rota­tion terrestre, est affaiblie jusque vers 2000 m d’altitude par le frottement de l’air contre le sol. Pour connaître le vent en alti­tude, la direction indiquée par la girouette doit ainsi être décalée d’un quart de tour dans le sens inverse des aiguilles d’une montre. Un vent d’ouest deviendra donc un vent de sud-ouest,

La girouette

C’est généralement une flèche plane, fixée sur un socle mobile verti­calement, des repères fixes indiquant la direction des quatre points cardinaux. On découpe la rose des vents en 4, 8, ou 16 secteurs.

Pour PRÉVOIR LE TEMPS avec une girouette, il faut d’abord se rappeler que le vent change de direction au pas­sage d’un front. Ce changement de direction sera donc l’indice d’un chan­gement du temps. Le vent est de sec­teur sud-sud-ouest avant le passage d’un front chaud, se décale ensuite à ouest-sud-ouest dans le secteur chaud.

Malgré quelques nuages de type strato- cumulus et cumulus, le soleil va percer dans quelques éclaircies. Le vent passe enfin à ouest-nord-ouest dans la traîne, caractérisée par un temps variable, où des éclaircies peuvent alterner avec des averses intenses mais relativement brèves. Au total, le vent a tourné ainsi de plus d’un quart de tour dans le sens des aiguilles d’une montre et, lorsque ce mouvement a été complètement effectué, on a la certitude que la per­turbation est passée. Deux situations peuvent alors se présenter : ou bien le vent « redescend » au sud-ouest, annon­çant l’enchaînement avec une nouvelle perturbation qui suit de près la pre­mière, ou il se stabilise au secteur nord- est, traduisant la présence d’un anticy­clone qui va offrir plusieurs jours de beau temps consécutifs.

L’hygromètre

Également indispensable pour la prévision du temps, il sert à mesurer le degré d’humidité de l’air. Les météorolo­gistes distinguent l’humidité absolue (masse d’eau contenue dans un certain volume d’air) et l’humidité relative. Cette dernière correspond au rapport entre l’humidité absolue et la quantité totale de vapeur d’eau qui peut être contenue dans l’air, à la température du moment. Les hygromètres ne mesurent que l’hu­midité relative, exprimée en pourcentage.Les instruments :Instruments de prévision

Ceux QUI SONT VENDUS dans le commerce ne sont pas très onéreux (à peu près le prix d’un baromètre ané­roïde), mais on peut — pour s’amuser— en fabriquer un soi-même à partir d’un cheveu. Les cheveux humains ont en effet la propriété de s’allonger lorsque l’humidité augmente, et de rétrécir lorsqu’elle diminue. La variation est d’1 mm pour 4 cm de long. C’est pour­quoi certaines chevelures frisent lorsque le temps est à la pluie. On trouve encore, quelquefois, des hygromètres colorés au chlorure de cobalt. Ce pro­duit change de couleur selon l’humidité de l’air : il est bleu quand l’air est sec, rose par temps humide. Il ne s’agit donc pas d’une mesure mais d’une indication, qui prévient de l’arrivée d’une masse d’air humide annonçant de la pluie ou, au contraire, du retour d’une masse d’air sec préfigurant du beau temps.

Vidéo : Les instruments :Instruments de prévision

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur : Les instruments :Instruments de prévision

← Article précédent: Article suivant:

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles