La chaleur et le réchauffement climatique

> > La chaleur et le réchauffement climatique ; écrit le: 26 janvier 2012 par Mahfoudhi modifié le 26 août 2018

Dans notre monde ultra-civilisé, il semble que se protéger de la chaleur ou du froid soit la chose la plus simple du monde. Nous avons semble-t-il les moyens de nous chauffer ou de bénéficier de l’air cli­matisé, selon nos besoins. En réalité, rien n’est plus faux, comme l’a montré l’hécatombe de la vague de chaleur de 2003. Cette canicule ex­ceptionnelle, la plus forte qu’ait connue le territoire français en 53 ans, à laquelle se sont surajoutés des pics de pollution à l’ozone, a été un véritable séisme thermique, de survenue brutale. On lui attri­bue 15 000 décès, pour la plupart chez les personnes de plus de 75 ans.

Le coup de chaleur et l’insolation

Le « coup de chaleur » survient lorsque le corps n’est plus capable de résister à l’élévation thermique par les moyens habituels, essen­tiellement la transpiration, qui est le moyen utilisé par le corps pour réguler la température interne. Les facteurs favorisant le coup de cha­leur sont l’âge, l’obésité, la déshydratation, l’activité physique, la con­sommation d’alcool. Par ailleurs, le mécanisme de défense de l’organisme est plus vite débordé lorsque le taux d’humidité de l’air est élevé.

Reconnaître le coup de chaleur

La température du corps s’élève rapidement, le mécanisme de transpiration ne fonctionne plus et le corps n’est plus capable de se refroidir. La température du corps peut monter à 41 ”C ou plus, en seu­lement 10 à 15 minutes. Un coup de chaleur peut causer la mort ou une invalidité permanente si aucun traitement d’urgence n’est prodi­gué.

Lors d’un coup de chaleur, la température est élevée, la peau est chau­de, rouge et sèche (sans transpiration), le rythme cardiaque accéléré. Le coup de chaleur s’accompagne de maux de tête, nausées, contrac­tures musculaires, confusions pouvant aller jusqu’à la perte de cons­cience.

Que faire ?

Il s’agit d’une urgence médicale, qui nécessite de mettre la victime immédiatement à l’abri du soleil et de faire baisser la température, de toutes les manières possibles (douche froide, arrosage). Évitez de la faire boire, en attendant les secours médicaux, en raison du risque de fausse route alimentaire.

L’épuisement par la chaleur

La chaleur fatigue, et quelques jours de fortes chaleurs, sur un or­ganisme peu habitué, suffisent à entraîner un état d’épuisement. Sou­vent cet état d’épuisement survient du fait de la chaleur elle-même, mais surtout, à cause des fréquentes erreurs de réhydratation. En ef­fet, on a souvent tendance à boire en quantité insuffisante, ce qui en­traîne une perte excessive de sels minéraux. Cet épuisement se caractérise alors par une forte transpiration, pâleur, crampes, asthé­nie, fatigue, sensation de vertige, maux de tête, nausées ou vomisse­ments, perte de conscience.

Si cet état persiste, il évolue vers le coup de chaleur. Comme dans ce dernier cas, il est important de se rafraîchir, en buvant suffisamment, en prenant des douches froides, en portant des vêtements légers, et si possible en se mettant à l’abri dans un lieu où l’air est conditionné.

Les crampes de chaleur

Les crampes de chaleur affectent généralement les personnes qui transpirent beaucoup au cours d’une activité physique intensive. Cette transpiration épuise la teneur en sel et en eau du corps. Le faible niveau de sel dans les muscles cause des crampes douloureuses. Les crampes de chaleur peuvent également être un symptôme d’épuisement par la chaleur.

Les crampes de chaleur sont des douleurs ou des spasmes musculai­res, généralement dans l’abdomen, les bras ou les jambes, qui peu­vent se produire en association avec une activité physique soutenue. En cas de survenue de crampes, cessez immédiatement votre activité, pendant au moins quelques heures, protégez-vous du soleil, buvez beaucoup d’eau, ou de préférence une boisson riche en sels minéraux.

L’éruption miliaire

Les éruptions miliaires sont une irritation de la peau causée par une transpiration excessive par temps chaud et humide. Elles peuvent se produire à n’importe quel âge, mais elles sont plus courantes chez les jeunes enfants. Les éruptions miliaires ressemblent à un groupe rouge de boutons ou de petites ampoules. Elles apparaissent le plus souvent sur le cou et le haut de la poitrine, à l’aine, sous les seins et dans les creux des coudes. Le traitement consiste à boire beaucoup et à faire des applications légères de talc (évitez les crèmes qui retien­nent la chaleur).

Comment se protéger de la chaleur ?

Pour se protéger de la chaleur, il existe plusieurs règles de bon sens :

  • la première règle est de boire beaucoup d’eau – même sans avoir la sensation de soif -jusqu’à un litre d’eau par heure en cas d’activité physique ;
  • évitez l’alcool et les boissons sucrées, qui font transpirer. Vous pou­vez remplacer l’eau par des boissons dites « sportives » riches en sels minéraux ;
  • portez aussi des vêtements amples et légers, et protégez-vous d’un chapeau si vous devez sortir ;
  • restez le moins possible au soleil et évitez de vous surmener ;
  • en cas de chaleur extrême, restez si possible à la maison et utilisez l’air conditionné ou un ventilateur ;
  • prenez un bain froid ;
  • si cela ne suffit pas et que vous n’avez aucun moyen de faire baisser la température de votre appartement, réfugiez-vous dans un lieu pu­blic climatisé, comme un centre commercial ;
  • téléphonez à vos parents âgés pour prendre de leurs nouvelles et, bien sûr, surveillez attentivement vos enfants en bas âge.

Vidéo: La chaleur et le réchauffement climatique

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur: La chaleur et le réchauffement climatique

← Article précédent: La pollution de l’air n’a pas de frontière Article suivant: Le soleil


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles de tout le site